À la uneActualitéInternational

Patrimoine mondial de l’Unesco : retour sur le palmarès de cette année

Le Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO était réuni à Cracovie depuis le 2 juillet pour ajouter de nouveaux sites au patrimoine mondial. Retour sur le palmarès hétéroclite, et parfois discuté, de cette année.

Le quartier de la Neustadt

strasbourg Unseco

Le quartier allemand de Strasbourg, la Neustadt, a été, depuis dimanche, ajouté à  la liste. En réalité, plus que d’une inscription, il s’agit d’une extension puisque la Grande Ile, autour de la cathédrale, y figurait déjà depuis 1988. Cette « ville nouvelle »,  construite sous le règne de l’empereur Guillaume II, et dessinée par les architectes strasbourgeois Jean-Geoffroy Conrath et le berlinois August Orth, est « un symbole décisif pour Strabourg et pour l’Alsace, de la réconciliation », selon Roland Ries, le maire de la ville. Ce quartier recèle plusieurs merveilles architecturales, parmi lesquelles le Palais de l’Empereur, le palais universitaire ou encore l’ancien Landtag.

Tapu-tapu-atea :

Polynésie Unesco

Le site archéologique de Taputapuatea (© F. Buffetrille/Leemage)

 

Parallèlement au quartier de la Neustadt, un second site français a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco : Tapu-tapu-atea. Ce temple à ciel ouvert se situe sur l’île de Ra’i-atea, en Polynésie française – réputée comme étant l’ile sacrée de l’archipel des Iles de la Société.

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, s’est félicitée de cette inscription. « Heureuse et fière de nos outre-mer, territoires et patrimoine d’excellence! », a-t-elle tweeté.

Ile d’Okinoshima :

Okinoshima UNESCO

Une seconde ile a fait son entrée au Patrimoine mondial, cette d’Okinoshima, au Japon. Cet îlot – considérée comme sacré – ne reçoit que 200 visiteurs par an, le 27 mai, et est interdit aux femmes. En réalité, seul un prêtre shintoïste y réside à l’année. Au-delà même de cette faible fréquentation, ce lieu sacré constitue une « valeur universelle exceptionnelle » pour l’humanité, selon l’Unesco.

Asmara, capitale de l’Erythrée

Erythrée UNESCO

Asmara, la capitale de l’Erythrée, a été inscrite au patrimoine culturel mondial de l’Unesco. C’est la première fois qu’un site érythréen rejoint cette liste. « La reconnaissance de la ville comme un site du patrimoine d’une valeur universelle exceptionnelle nous remplit d’une immense fierté et de joie, mais aussi d’un sens de responsabilité et de devoir » a déclaré Hanna Simon, la déléguée de l’Erythrée auprès de l’UNESCO.

Asmaré Grande mosquée

La Grande Mosquée Kulafa al Rashidin, à Asmara (© Eric Lafforgue/Hemis)

 

Le site d’Hébron

Hebron Unesco

Le tombeau des Patriarches, à Hébron (© Samuel Sockol)

 

L’inscription de la vieille ville d’Hébron, en Cisjordanie occupée, à la fois au patrimoine mondial et au patrimoine en péril, a elle était plus discutée. L’Unesco a en effet déclaré la ville « zone protégée » en tant que site « d’une valeur universelle exceptionnelle en danger », ce qui n’a pas manqué de provoquer les foudres d’Israël. Côté palestinien, les autorités se sont félicitées de ce choix. Ce vote est « un succès dans la bataille diplomatique menée par les Palestiniens sur tous les fronts face aux pressions israéliennes et américaines » a annoncé le ministère palestinien des Affaires étrangères.

 

Related posts
ActualitéVoyages

Que voir en Égypte pendant les vacances ?

À la uneCinémaCulture

#TouchepasamaVF : pourquoi les comédiens(nes) du doublage se mobilisent ?

À la uneCinéma

5 choses à savoir sur Horizon, le nouveau projet de Kevin Costner

À la uneSéries Tv

La série Les gouttes de Dieu aura droit à une saison 2

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux