À la uneActualitéFrancePolitique

Pénélopegate : ouverture d’une information judiciaire

Le parquet national financier vient d’ouvrir une information judiciaire concernant les emplois présumés fictifs de Pénélope Fillon. C’est l’énième coup dur pour la campagne du candidat de la droite.

C’est le dernier épisode de ce feuilleton présidentiel qui semble infini. Ce vendredi, le parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire dans le cadre des emplois présumés fictifs de Pénélope Fillon et ses deux enfants. Fin janvier, la même instance avait ouvert une enquête préliminaire qui visait la femme de Fillon, suspectée d’avoir été rémunérée comme assistante parlementaire de son mari…sans avoir réellement travaillé. Le scandale, rebaptisé comme Penelopegate, a pris de court les électeurs de la droite et Fillon, deuxième dans la plupart des sondages, a été doublé par Emmanuel Macron. Le candidat des Républicains avait pourtant basé toute sa campagne pendant les primaires sur la transparence et l’honnêteté qui le distinguaient d’Alain Juppé et Nicolas Sarkozy…

François Fillon, qui disait être confiant en la justice lorsque Sarkozy était attaqué, semble avoir changé d’avis…

A lire aussi : François Fillon, la grande diversion

Une procédure pour « détournement de fonds publics et abus de biens sociaux »

La décision d’ouvrir une information judiciaire a été prise « en raison de l’ancienneté d’une partie des faits concernés » : en effet, les emplois présumés fictifs de Pénélope Fillon remontent jusqu’à 1998. « Cette information est ouverte contre personne non dénommée, des chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d’influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute autorité sur la transparence de la vie publique », poursuit le PNF dans son communiqué.

Les juges d’instruction, saisis suite à  l’ouverture de la procédure d’information judiciaire, disposent maintenant d’un délai de 10 jours avant de pouvoir procéder à une audition des époux Fillon et de se prononcer sur une mise en examen d’une des personnes impliquées dans cette affaire.

A lire aussi : Pénélopegate, François Fillon peut-il continuer la course à l’Elysée ?

Et si Fillon était mis en examen ?

Le candidat de la droite à la présidentielle, qui est depuis plusieurs semaines sous l’œil de la justice, avait dans un premier temps promis qu’il démissionnerait dans l’éventualité d’une mise en examen. L’ancien premier ministre a cependant fiat marche arrière quelques semaines plus tard, lorsque l’hypothèse d’une mise en examen a commencé à devenir de plus en plus probable. La conséquence d’une éventuelle mise en examen est donc imprévisible : certains affirment que Juppé serait prêt à prendre le relais si Fillon en venait à se retirer, d’autres proposent d’autres personnalités pour ne pas désavouer les primaires organisées en novembre dernier.

A lire aussi : Pourquoi Fillon sera-t-il quand même le candidat de la droite ?

 

About author

Rédactrice en chef adjointe du service Politique - International Rédactrice en chef "Les Snipers de l'Info" Etudiante en Droit - Sciences politiques
Related posts
À la uneFrancePolitique

Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont 1 an ferme

À la uneCinéma

Un reboot de Superman en préparation

À la uneBrèvesFranceSanté

Couvre-feu : Emmanuel Macron demande aux Français de « tenir encore 4 à 6 semaines »

À la uneSéries Tv

La traque : "Va te faire voir" répond Yves Rénier au fils de Fourniret

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux