À la uneActualitéInternational

Pétrole : le baril de Brent en hausse pour une demande toujours basse

Alors que la crise sanitaire affaiblit le marché, le prix du baril de Brent s’envole et la demande peine toujours à repartir

Le prix du baril de Brent a récemment franchi les 50 dollars, une première depuis le mois de mars. Serait-ce le signe d’une situation qui s’arrange ? Pour Benjamin Louvet, expert des marchés pétroliers, les prix actuels ne reflètent pas la conjoncture actuelle. “Je trouve qu’il y a actuellement beaucoup d’optimisme sur les prix et que les investisseurs se repositionnent un peu trop tôt sur le pétrole.” a déclaré l’expert à BFM Bourse.

L’arrivée des vaccins sur les marchés occidentaux pourrait expliquer cet “optimisme” grandissant, permettant au marché de repartir rapidement dans les mois à venir. Mais pour Benjamin Louvet, l’occident prend l’exemple de l’Asie “où la demande est repartie plus vite que dans le reste du monde”, à tort. Il préfère mettre en garde quant à la reprise épidémique d’après les fêtes de fin d’années et “la menace de nouveaux reconfinements”.

A ajouter aux problèmes de la demande, l’expert soulève également ceux du coté de l’offre. De nombreux pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Lybie augmentent actuellement leurs productions. Cette situation agrandit encore l’écart entre l’offre et la demande, les producteurs se retrouvent avec un stock difficile à écouler. Cet écart pourrait donc faire chuter les prix selon Benjamin Louvet : “On pourrait retomber à 40 dollars”. Mais il ajoute qu’à plus long terme “les prix pourraient remonter très fort dans 12-18 mois, après la fin de la crise sanitaire, quand les stocks seront écoulés”.

A lire aussi : Du pétrole en bourse

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéSport

Moto GP : Franco Morbidelli sur la Yamaha officielle dès ce weekend

À la uneSéries Tv

Emmanuelle Bercot, Agnès Jaoui ou Arnaud Desplechin rejoignent la saison 2 d'En thérapie

À la uneActualitéFrance

L'Australie rompt un contrat de 56 milliards d'euros avec la France

À la uneActualitéFranceMédias

Vivendi annonce une OPA pour absorber Lagardère

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux