À la uneActualitésociété

Plan anti-pollution à Paris : vers une indemnisation ?

A partir du mois de juillet 2016, les véhicules immatriculés avant 1997 ne seront plus autorisés à circuler dans Paris. Une mesure anti-pollution décidée par la mairie de Paris qui n’est pas du goût de tous les franciliens.

L’association 40 millions d’automobilistes veut faire pression en réclamant des indemnisations financières à la mairie de Paris pour le préjudice qui sera subi. « Plus de 870 000 véhicules sont concernés », s’indigne Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes.

D’après le cabinet d’expert automobile, Inovev, toujours cité par le Parisien, ces chiffres seraient inférieurs. En réalité 513 000 véhicules se verraient impactés par la mesure. La dévaluation reste conséquente selon le cabinet d’expertise BCA, qui affirme que les véhicules datés d’avant 1997 « perdront 50 % de leur valeur à la revente. Pour ces petites voitures, qui servent essentiellement à réaliser des trajets domicile-travail et valent en moyenne 2 000 à 2 500 €, les vendeurs ne pourront pas espérer en obtenir plus de 1 000 € ». Une valeur qui chute de moitié donc pour plusieurs centaines de milliers de voitures.

« Personne ne voudra de votre voiture… »

L’association 40 millions d’automobilistes a décidé de lancer une action en justice collective contre la mairie de Paris pour dénoncer le préjudice que pourrait engendrer la nouvelle mesure anti-pollution, décidée par Anne Hidalgo. L’association craint une « dévaluation de 1 250 € en moyenne » soit un total de plus d’un milliard d’euros selon Pierre Chasseray. « Personne ne voudra de votre voiture si elle ne peut plus circuler dans Paris et elle ne vaudra donc plus rien » indique Jean-Baptise Iosca, avocat associé à cette affaire, dans les colonnes du Parisien.

Une vision qui n’est pas partagée par tous. Certains experts automobile ne semblent pas aussi alarmants. « Ces voitures qui ont plus de 20 ans ne valent déjà plus grand-chose à la revente » affirme Bernard Tourette, le président du syndicat des experts indépendants. Didier Laurent, expert indépendant, note également dans les colonnes du Parisien que la vente des véhicules interdits à la circulation dans la capitale restera possible dans les autres villes française. « De là à dire que ces voitures vont perdre la moitié de leur valeur argus, je n’y crois pas, car on pourra toujours vendre son véhicule à un acheteur lyonnais ou marseillais pas concerné par les restrictions de circulation à Paris ».

Mais la mairie de Paris veut même aller plus loin en interdisant la circulation dans la capitale à toutes les voitures immatriculées avant 2011 d’ici à 2020. Une mesure qui concernerait alors près d’une voiture sur sept.

Les personnes concernées par la mesure sont appelées à se manifester sur le site internet mis en ligne à l’adresse suivante: remboursemabagnole.com

About author

Informer, décrypter, divertir
    Related posts
    À la uneCultureInternational

    J.K Rowling : son nouveau roman jeunesse est prévu pour octobre

    À la uneFrance

    Deux mois de prison ferme requis contre Ademo

    À la uneSéries Tv

    Les chroniques de Bridgerton renouvelées pour 2 saisons

    À la uneEnvironnementFaits Divers

    2 000 sacs en plastique retrouvés dans l’estomac d’un chameau

    Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux