À la uneActualitéFrancePolitique

Primaire de la droite : défaite de la gauche, victoire de l'extrême droite ?

Hier, sous le portrait fier de François Hollande, arboré sur les murs de tous les bureaux de vote, s’est déroulée une scène plus significative qu’il n’aurait voulu le laisser paraitre. Celle de la désapprobation même de son mandat. L’expression de la volonté des électeurs de trouver une alternance sans équivoque. La primaire de la droite aurait-elle plus de conséquences sur le champ politique français qu’elle ne s’en était donné l’objectif ?

Mobilisation contre la gauche?

Si, en 2011, l’anti-sarkozysme avait boosté la participation à la primaire de la gauche – plus de 2,5 millions d’électeurs – , on a du mal à trouver d’autres raisons, que celle des électeurs de vouloir tourner la page, à l’exceptionnelle mobilisation enregistrée hier. Plus de 4 millions de votants se sont déplacés. À l’heure à laquelle François Hollande bat des records d’impopularité, difficile de ne pas faire le lien.

Le oui massif à l’un des candidats de droite n’est-il qu’un immense non à l’actuel président ? Tout laisse à penser que oui. Cette victoire de mobilisation pour la droite ne serait ainsi qu’une défaite maquillée de la gauche.

Cette gauche, éclatée depuis un an, qui ne fédère plus et ne fait même plus rêver ses propres partisans. On dit que nombreux sont les électeurs de gauche à s’être déplacés hier. Pour choisir le candidat de droite qui affrontera le leur, certes. Mais aussi, parfois, simplement pour désigner l’alternance à une gauche qu’ils envisagent déjà perdante en 2017.

Victoire pour l’extrême droite ?

Ce que l’on peut qualifier de défaite de la gauche donne-t-elle pour autant victoire à la droite ? Rien n’est moins sur. Les plus de 44% des voix récoltés par François Fillon effrayent-ils l’extrême droite ? Certainement pas. Certains frontistes se disent même vainqueurs de l’équation.

Mais ce n’est pas, en soit, la victoire de Fillon (ou de Juppé) qui avantagerait le FN. C’est de la défaite de Sarkozy dont les frontistes se réjouissent. L’ancien président, dont les thèmes de prédilection étaient l’identité et la sécurité, laisse derrière lui des milliers d’insatisfaits. Des “orphelins” à qui le FN “tend la main” pour reprendre les propos de Nicolas Bay, secrétaire général du Front National, au micro de Franceinfo hier soir.

Il a parlé d’identité, de sécurité. Sur tous ces sujets, il va y avoir des électeurs orphelins de Nicolas Sarkozy. Nous tendons la main à tous les Français, et notamment à ceux-là” Nicolas Bay sur Franceinfo.

Et le combat a déjà commencé :

Il semblerait que les primaires ne fassent pas toujours le jeu des plus concernés.

 

Crédits photo à la Une : AFP

 

À lire aussi : Primaire de la droite : les ralliements des autres candidats

About author

Informer, décrypter, divertir
    Related posts
    À la uneInternational

    Un harceleur tente de s’introduire chez Taylor Swift

    À la uneCinémaCulture

    "Comment je suis devenu super-héros" délaisse les salles de cinéma au profit de Netflix

    À la uneMédias

    The Voice : et si plusieurs coachs n'avaient pas de candidats en finale ?

    À la uneInternationalNumérique

    Quels sont les applications et les jeux les plus téléchargés au monde?

    Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux