À la uneActualitéFranceSociété

Quel avenir pour les migrants de Calais ?

Le démantèlement de la moitié sud de la jungle de Calais aura finalement lieu ce mercredi 24 février au plus tard. Départs pour des centres d’accueil, pour d’autres bidonvilles ou destinations… L’évacuation du bidonville laisse envisager une large dispersion de migrants.

L’échéance approche dangereusement pour les habitants du bidonville de Calais. Annoncée depuis le 12 février, l’évacuation forcée de la moitié de la jungle aura bien lieu cette semaine. Entre un et deux milliers de migrants vont devoir quitter les tentes et cabanes qu’ils occupaient depuis de nombreuses années pour certains. Il leur reste seulement deux jours pour trouver une solution.

La préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio, à l’origine du démantèlement, met en exergue deux alternatives qui s’offrent aux migrants. La première : intégrer l’un des 102 centres d’accueil et d’orientation dispersés sur 70 villes françaises. Les réfugiés y seraient en condition pour faire tranquillement leurs demandes d’asile. La seconde option : s’installer dans le Centre d’accueil provisoire qui jouxte la Jungle. Environ 300 places restent à pourvoir.

M.Spingler AP SIPA

Malgré les conseils des autorités et de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, plusieurs migrants restent sceptiques et n’oublient pas leur destination privilégiée : l’Angleterre. Ils veulent rester à proximité de la frontière et de l’Eurotunnel pour retenter leur chance dès que possible. Pour ce faire, plusieurs centaines d’entre eux ont rejoint d’autres bidonvilles situés à proximité, tel que le camp de Grande-Synthe dans la banlieue de Dunkerque. La ville balnéaire de Zeebruges, en Belgique, a également été assaillie. L’administration y enregistre un afflux de migrants depuis plusieurs semaines.

Changement de plan pour une petite minorité des migrants. A défaut de pouvoir s’installer au nord, plusieurs sont d’ores et déjà partis vers le sud. Selon les informations de Metronews, les forces de police du sud-ouest ont intercepté dans la nuit de jeudi dernier 19 migrants d’origine iranienne. Ils marchaient le long d’une autoroute dans les Landes. Leur destination ? L’Espagne. Ce scénario, épisodique pour l’instant, pourrait se multiplier dans les semaines à venir. La fermeture du camp conduit à prévoir une dispersion des anciens habitants de Calais. Une dispersion qui sera au moins aussi difficile à contrôler que la jungle elle-même.

Crédit photo de une : Lemonde.fr

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéInternationalsociété

Tu te souviens … des Crados ?

À la uneMusiqueNon classéSoiréesSpectaclesTendances

La fine fleur des Dj Dark ce soir pour la New Wave Party à l'International Paris emmenée par le Dj Yami Spechie

À la uneSport

Tour de France : quelles sont les 21 étapes de l’édition 2022 ?

ActualitéSport

C’était le 1er juillet 1903… la naissance du Tour de France

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux