À la uneActualitéCinéma

Qu’est ce qu’on appelle “la chronologie des médias”

Une nouvelle chronologie des médias a été signée hier et impacte profondément l’accès aux films pour certains services. Nous souhaitions revenir sur ce sujet afin d’expliquer ce qu’est cette chronologie des médias.

La chronologie des médias est une spécificité bien française quant au septième art. En effet, afin de protéger les œuvres cinématographiques, il existe en France des délais afin que les films puissent paraître sous différentes formes, qu’il s’agisse de format physique, de diffusion à la télévision ou sur les plateformes de streaming. Cela permet aux salles de cinéma de profiter d’une exclusivité pendant un certain temps et donc de ne pas rentrer en concurrence face aux différents supports. A l’heure où les plateformes de streaming prennent de plus en plus de place dans ce secteur, des révisions étaient nécessaires. C’est donc ainsi que cette chronologie des médias a été modifiée hier afin d’être appliquée pour trois ans dès le 10 février.

L’avance de Canal+

Si les délais pour que les films puissent être proposés à vente ou à la location en format physique n’ont pas changé (4 mois), ce n’est pas le cas des services de streaming et des chaînes de télévision. En effet, la chaîne cryptée Canal+ peut maintenant diffuser les films sur ses services à partir de 6 mois. Une baisse de deux mois par apport à l’ancienne chronologie, qui est due à une forte implication de leur part dans la création audiovisuelle. En effet, Canal+ s’est engagé à investir 600 millions d’euros dans le cinéma européen jusqu’en 2024.

Plateformes de streaming

Les grandes gagnantes de cette nouvelle chronologie sont les plateformes de streaming puisque Netflix a réussi à réduire les délais de 36 à 15 mois, un changement considérable qui n’est d’ailleurs pas le même pour ses concurrents (Disney+, Prime Video etc), qui eux, devront attendre 17 mois. Ceci est explicable là aussi par leur investissement dans le cinéma français puisque le géant américain a promis la création de 10 œuvres audiovisuelles en France par an, en plus de 40 millions d’euros d’investissement moyen dans la création audiovisuelle française. Disney+ n’a d’ailleurs pas attendu longtemps pour faire part de son mécontentement lors d’un communiqué de presse suite à cette nouvelle chronologie : « Nous pensons que la nouvelle chronologie des médias (…) n’établit pas un cadre équitable et proportionné entre les différents acteurs de l’écosystème audiovisuel en France. Ceci est d’autant plus frustrant que nous avons augmenté nos investissements dans la création de contenus originaux français tout en continuant de soutenir le cinéma français à travers la sortie de nos films en salle. »

Télévision

En ce qui concerne la télévision, les chaînes telles que TF1, Arte, France 2 et M6 n’auront accès à ces films qu’au bout de 22 mois, soit près de deux ans après la sortie en salle. Cependant, ces chaînes gardent l’un de leur gros avantage qui est d’avoir ces films en exclusivité par rapport aux autres plateformes pendant une longue période. Ce qui signifie que les plateformes de streaming devront retirer le film pendant une période comprise entre 22 et 36 mois, laissant donc le monopole à ces chaînes de télévision, à moins de parvenir à un accord.

Cette nouvelle chronologie des médias permet donc un accès plus rapide global aux films sur les différents supports et les nouveaux investissements dans l’industrie du cinéma français permettront peut-être de nouvelles avancées dans le futur quant aux délais obtenus par ces différents concurrents.

A lire aussi : Avant l’arrivée de Robert Pattinson, qui sont ces acteurs qui ont déjà incarné Batman ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneCultureMédias

Tu te souviens… du Morning Live ?

ActualitéCinémaCôte d’AzurCulture

10 dates marquantes dans l’histoire du Festival de Cannes

ActualitéVoyages

Destination de rêve : Four Seasons Hotel Megève

À la uneCulturePop & Geek

Tu te souviens … de la Game Boy ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux