À la uneActualitéInternational

Qui est Abou Bakr Al-Baghdadi ?

Tout le monde connait son nom. Depuis l’auto-proclamation du califat par Abou Bakr Al-Baghdadi, le 29 juin 2014, son nom revient très fréquemment dans les journaux. Qui est-il réellement ?

Probablement né en 1971, il est le chef de l’Etat islamique en Irak et au levant depuis la mort d’Abu Omar Al-Baghdadi, ancien émir en 2010. Depuis l’auto-proclamation du califat nouvellement renommé Etat islamique, ce personnage peu connu perd peu à peu de son mystère.

En effet, le site Business Insider a publié le dossier d’Abu Bakr Al-baghdadi. Si certaines informations restent confidentielles en raison du Freedom of Information Act, on apprend qu’il a été capturé par les Etats-Unis à Fallujah, en Irak, le 4 février 2004.

Photo d'Abou Bakr Al-Baghdadi dans son dossier, publié par Business Insider, après son arrestation par erreur le 4 février 2004.

Photo d’Abou Bakr Al-Baghdadi dans son dossier, publié par Business Insider, après son arrestation par erreur le 4 février 2004.

Ibrahim Awad Ibrahim Al-Badry, de son nom de naissance, est né à Fallujah et non à Samarra comme il a pu être dit auparavant. Le doute sur son année de naissance n’est, toutefois, pas levé puisque le dossier n’infirme pas, ni ne confirme qu’il serait né en 1971. Ce dossier précise son poids, les lieux dans lesquels il a été incarcéré (Camp Bucca près de Umm Qasr et Camp Adder près de Nasiriyah, tous deux en Irak) et sa libération le 8 décembre 2004.

Grâce à ce dossier, il s’avère que son arrestation n’était pas un objectif des forces armées américaines. Bien au contraire. L’opération, durant laquelle il a été capturé, avait pour mission d’appréhender Nessayif Numan Nessayif, individu que connaissait Abou Bakr Al-Baghdadi. Autrement dit, il a été arrêté par erreur comme “prisonnier civil” et non membre d’un groupe terroriste.

Abou Bakr Al-Baghdadi, calife auto-proclamé de l'Etat islamique, lors de ses études religieuses.

Abou Bakr Al-Baghdadi, calife auto-proclamé de l’Etat islamique, lors de ses études religieuses.

Une arrestation par erreur d’un fondamentaliste nourrit par plusieurs échecs personnels.

Le site Süddeutsche Zeitung, comme le rapporte The Independent a complété le profil du calife auto-proclamé, Abou Bakr Al-Baghdadi en diffusant des informations sur sa jeunesse estudiantine. C’était un élève moyen, voire très moyen puisque ses lacunes en anglais lui ont valu de redoubler. Il a ensuite été refusé à l’armée en raison de sa myopie trop importante, et ce, malgré son appartenance à la minorité sunnite. Il souhaitait faire du droit, mais son entrée dans cette discipline universitaire lui a été refusée, et a choisi de se tourner vers des études religieuses, lui permettant, aujourd’hui, de jouer son rôle de calife et de justifier spirituellement les horreurs commises par l’Etat islamique.

Pour ses fidèles, il est le seul et unique homme disposant de toutes les qualités requises pour “commander des croyants“, pour établir un califat islamique et y instaurer et dicter la loi islamique (la charia). En octobre 2014, les militants de l’Etat islamique en Irak et au Levant ont diffusé un document sur internet dans lequel ils rendent hommage au courage d’Abou Bakr Al-Baghdadi. Ils incitent tous les musulmans du monde à prêter allégeance au calife auto-proclamé, fin connaisseur religieux et descendant, d’après eux, du prophète Mahomet.

Militant de l'Etat Islamique au Moyen-Orient brandissant le drapeau du califat dont la devise est:  devise de l'EI "La ilaha illah Allah" c'est à dire, "il n'y a de dieu que Dieu"

Militant de l’Etat Islamique au Moyen-Orient brandissant le drapeau du califat dont la devise est:
devise de l’EI “La ilaha illah Allah” c’est à dire, “il n’y a de dieu que Dieu”

Abou Bakr Al-Baghdadi est donc à la tête d’une organisation extrêmement puissante, riche qui livre de nombreux combats contre les Kurdes et est la cible de la coalition internationale menée par les Etats-Unis qui bombarde, chaque jour, les bases des islamistes dont les rangs ne font que grossir. Outre la lutte armée, la communauté internationale a aussi mise à pris sa tête pour 10 millions de dollars, soit 8,77 millions d’euros.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaCulture

"Borat", le journaliste Kazakh, est de retour sur nos écrans

À la uneActualitéFranceSanté

46 millions de français désormais touchés par le couvre-feu

À la uneActualitéCinémaCulture

La comédie de Dany Boon sur le confinement sera disponible sur Netflix

À la uneFrance

Le Général Pierre de Villiers annonce un risque de guerre civile

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux