À la unePop & Geek

Qui est Maxime Biaggi, le streamer qui a installé son émission au Zénith ?

Lundi soir au Zénith de Paris, c’était la dernière de la saison 2 de Zen. Notamment animée par Maxime Biaggi, l’émission a battu des records d’audience.

Lundi soir, c’était la dernière de la saison. L’émission Zen qui reprend les codes des «late shows» américains, popularisés par Jimmy Fallon, a fait salle comble lundi soir au Zénith de Paris devant 6000 personnes. Animés par Maxime Biaggi et Grimkujow, le late show bimensuel est devenu en quelques mois un programme phare de Twitch. Et pour ce dernier épisode de la saison 2 retransmit en direct sur la plateforme de diffusion en direct, l’émission a battu ses records d’audience avec un pic dépassant les 180000 spectateurs en simultané. Selon les chiffres communiqués par son producteur Webedia, géant français du divertissement en ligne, l’audience moyenne était de 163.628 spectateurs, c’est un record pour la plateforme vidéo en France.

Zen, c’est l’émission qui a explosé cette année sur Twitch. Un lundi sur deux, les deux streamers, âgés respectivement de 26 et 22 ans, proposent un divertissement d’environ deux heures, rythmés par interviews de célébrités et sketchs déjantés. Le format a d’ailleurs reçu quelques-uns des vidéastes et influenceurs les plus en vogue du moment comme Lena Situation ou Inoxtag. Lundi, pour la dernière de la saison, les deux streamers ont même accueilli Squeezie, youtubeur numéro 1 en France avec plus de 18 millions d’abonnés.

La recette de Zen, c’est l’humour absurde. Dans un portrait accordé à Libération, Maxime Biaggi cite d’ailleurs Louis de Funès, les Robin des Bois ou encore les Nuls, parmi ses références.

Maxime Biaggi, c’est d’ailleurs le visage historique de Zen. C’est lui qui lance l’émission en octobre 2021. Pour la première sur la chaîne Twitch YassEncore, il est accompagné de Yass, célèbre sur Twitter. Mais, dès le mois suivant, Maxime récupère le format sur sa chaîne et choisit Mathis Noinin (Grimkujow) pour animer le show à ses côtés.

Zen, pour le streamer, c’est plus qu’une émission, il l’assimile à une pièce de théâtre. Il rejette son étiquette d’animateur, ou celle de journaliste (et ce malgré son diplôme en master de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris), et se voit davantage comme un acteur. C’est d’ailleurs dans le domaine du cinéma qu’il souhaite évoluer à l’avenir…

Vidéaste depuis l’adolescence

Maxime Ricoveri-Leschi débute son aventure sur internet en 2013 avec des streams de jeu vidéo sur YouTube, sous le pseudo « Gotrak20 ». À cette époque, le jeune vidéaste réalise des vidéos de gaming en rapport avec Call Of Duty ou encore Minecraft. Mais c’est seulement en 2019 que Maxime lance réellement sa carrière de vidéaste avec une série de vidéos humoristiques sur YouTube, il prend alors le nom de « Maxime Biaggi ». Sketches, micro-trottoirs, ou encore blagues à ses abonnés, le Corse varie les plaisirs. C’est d’ailleurs grâce sa vidéo « Cesse d’être pauvre », qu’il se fait davantage connaître auprès du grand public. Dans cette dernière, il parodie les infopreneurs véreux qui vendent des formations illusoires censées permettre d’atteindre la richesse en un clin d’œil.

Un futur dans le cinéma ?

En parallèle, depuis ses 11 ans, il prend des cours de comédie. Aujourd’hui passionné de jeu, après avoir joué dans plusieurs pièces et participé à quelques tournages (TV et cinéma), Maxime Biaggi se verrait bien franchir le pas pour de bon… 

Reste désormais à savoir si les plans de carrière de Maxime Biaggi pourront se combiner avec l’animation d’une troisième saison de Zen.

A lire aussi : Qui est McSkyz, ce youtubeur fan de true crime ?

About author

Journaliste
Related posts
À la uneSéries Tv

La série Les gouttes de Dieu aura droit à une saison 2

À la uneSéries Tv

Est-ce que le tournage de la saison 8 de Sam a commencé ?

À la uneInternational

Comment fonctionne la Cour pénale internationale ?

À la uneEconomie

Les nouvelles règles sur l’achat de cigarettes en Belgique entrainent des confusions

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux