À la uneActualitéFemmesFrance

Refusées car voilées !

2 femmes voilées n’ont pas pu s’inscrire à une braderie à Croix, dans l’agglomération lilloise. Organisée par une association caritative, la présidente de cette dernière les refuse à cause de leur voile, finissant par leur indiquer le commissariat le plus proche pour porter plainte.

Organisée par R’eveil, soutenant les victimes de traumatismes crâniens, cette braderie est organisée chaque année. Elle rassemble alors petits et grands depuis plusieurs années.

Les 2 femmes se sont donc présentées dans la salle municipale de Wasquehal – commune limitrophe de Croix – afin d’enregistrer leur participation à l’événement.

S’en suit un échange douteux, foncièrement raciste avec la présidente de l’association, Myriam Cattoire. L’une des 2 femmes filme alors la scène. 

Ainsi, la vidéo montre Madame Cattoire en train d’enregistrer les inscriptions. Une fois diffusée sur les réseaux sociaux, elle a été visionnée des centaines de milliers de fois, et est donc devenue virale.

« Je ne vais pas vous prendre Mesdames, il ne faut pas faire la queue, vous perdez votre temps »
« Quelles sont les raisons ? »
« Parce que je fais ce que je veux »
« Vous ne nous prenez pas parce qu’on a le voile ? »
« Oui. Je ne préfère pas, ça me cause tort »

Après cette discussion tendue, l’une des 2 femmes annonce donc vouloir porter plainte. De manière provocante, la présidente donne elle-même son nom et indique le commissariat le plus proche.

Une plainte pour racisme

Lundi, la Direction départementale de la sécurité publique du Nord a confirmé « qu’une plainte a été déposée au commissariat de Roubaix samedi après-midi pour injures non-publiques en raison de l’ethnie, l’origine, la nation, la race ou la religion ».

Elle qui avait alors parfaitement assumé ces propos au départ, l’organisatrice de l’événement a présenté « ses excuses » dans un court texte publié sur le site internet de l’association R’eveil.

« L’organisation de la brocante réclame quatre mois de travail, ainsi que l’organisation d’un plan sécurité attentat qui est très coûteux. Lors des inscriptions, fatiguée et malade, j’ai fait une analogie rapide et maladroite (…) je me suis figée dans une attitude hautaine et méchante, ma langue a été plus vite que ma raison“, se justifie-t-elle.

Décorée de la Légion d’honneur en 2012,  l’organisatrice a encore rajouté  : « Je ne me suis pas rendu compte que je blessais violemment toute une population. Je présente mes excuses à ces deux personnes ainsi qu’à toutes les personnes qui ont pu être choquées ».

 

About author

19 ans Etudiante en journalisme (ISFJ)
Related posts
À la uneSéries Tv

L'art du crime : une saison 4 en écriture

À la uneActualitéBrèvesÉtudiantFranceSociété

Le Brevet des collèges décalé à cause de la canicule

FemmesSexe

Troubles de la libido : quels aliments pour booster votre désir sexuel ?

À la uneHigh Tech

Netflix se lance dans le jeu vidéo

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux