À la uneActualitéCulture

Retour au monde des moldus pour J.K Rowling

The Casual Vacancy

 

 

“The Casual Vacancy” : jamais peut-être un livre pas encore paru n’aura-t-il suscité une telle attente. Quelle oeuvre J.K Rowling pourrait elle possiblement écrire qui égale ou dépasse le best-seller du siécle ?

 

 

Avant même sa sortie en librairie,il était l’ouvrage le plus demandé des pré-commande en ligne depuis l’annonce de sa sortie à la mi-avril. Autant dire que J.K Rowling devait sentir une certaine pression peser sur ses épaules.

 

Alors, que raconte ce livre ? Une histoire banale, en apparence. Il s’agit d’une intrigue policiére qui prend pour cadre un “charmant village du sud-ouest de l’Angleterre”, et dont le déclencheur est la mort d’un membre du conseil municipal. L’auteur ne s’y interdit aucune vulgarité. Roman anglais classique, comédie de moeurs, galerie de portraits … un roman plutôt bien ficelé. Le Guardian y voit “un roman anglais solide, traditionnel et définitivement non audacieux”. Ce n’est surtout plus un roman pour enfants. Heroïne et dépravation y cotoient scénes de sexes dans des cimetiéres, et surtout une vision plutôt desespérée de la vie. Parents irresponsables, adolescents desoeuvrés et veilléitaires… “[J.K Rowling] a une vision très noire de la nature et de la condition humaine” écrit le Figaro.  Fable “consternante de la faiblesse humaine, de l’égoïsme et de la stupidité cancanière”, elle déçoit. Mais pourquoi à ce point ? “Banal” nous dit-on. ” Sombre, aussi. Mais surtout, et c’est le NY Times qui asséne cet argument final : “Il n’y a pas de magie dans ce livre”. Et c’est peut-être ce qu’on lui reproche le plus.

 

Harry Potter nous avait fait rêver, nous avait fait fuir la réalité quotidienne et donné des valeurs optimistes et fortes. Voilà que J.K Rowling nous a replongé dans un monde encore plus sombre que le nôtre, un monde cynique et surtout… terriblement adulte. Pas sûr que l’enfant qui sommeille en chaque fan de Poudlard lui pardonne.

 

Leïla Cassar

 

 

 

Related posts
À la uneActualitéEconomiePolitique

La dette publique, poids sans fin ou fausse inquiétude ?

À la uneSéries Tv

5 bonnes raisons de redécouvrir cet été la série Jordskott

À la uneActualitéInternational

Coronavirus : l'ONG Save the Children alerte, des millions de jeunes privés d'éducation

À la uneBrèvesCinémaSéries Tv

La comédienne Kelly Preston (Jerry Maguire) décède à 57 ans

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux