Des centaines d’experts mettent en garde les gouvernements canadien et australien contre l’armement de l’intelligence artificielle. Selon eux, ces « robots tueurs » devraient être interdits.

Des chercheurs en intelligence artificielle ont envoyé deux mêmes lettres au Premier Ministre australien, Malcolm Turnbull, et au Premier Ministre canadien, Justin Trudeau, le 2 novembre dernier. Les lettres ouvertes demandent aux chefs d’Etat de prendre une décision contre l’armement des intelligence artificielles. Ces dernières ont récolté plus de 300 signatures.

Selon les chercheurs, les machines n’ont pas à décider de la vie ou de la mort d’un être humain.

Bon timing pour la réception des lettres. La conférence d’examen de l’ONU de la convention sur certaines armes classiques est prévue pour ce mois-ci. Elle consiste à interdire ou restreindre certains types d’armement dangereux.

Cela ressemblerait à la Roulette Russe?

Selon les chercheurs, l’intelligence artificielle a fait tellement de progrès que l’intégrer à des armes serait dangereux.« La conséquence mortelle de cela serait que les machines (et non les humains) déterminerons qui vie ou meurt », affirment-ils. Ainsi, ces derniers ont décidé d’agir contre l’armement de l’intelligence artificielle. Selon le chercheur Ian Kerr, « Déléguer la décision de vie ou de mort à des machines dépasse la moralité fondamentale. »

Le « I’ll be back » était-il vrai ?

Avec la progression rapide de cette technologie intelligente, les chercheurs s’inquiètent réellement. En effet, une course à la modernisation technologique des armées fait rage, chaque pays essayant d’obtenir des technologies plus performantes que celles existantes dans d’autres. La finalité ? Une éventuelle course à l’armement. Selon l’australien Toby Walsh, auteur de la lettre, il sera possible de créer des armes autonomes rapidement.

À lire aussi : L’intelligence artificielle peut-elle nous anéantir ?

Les plus grands s’inquiètent aussi

Le 4 septembre dernier, le célèbre ingénieur Elon Musk s’inquiétait déjà de l’intelligence artificielle, et avait taclé à cette occasion le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

« La Chine, la Russie, bientôt tous les pays qui sont fort en informatique. La compétition pour qui sera le meilleur dans l’IA à un niveau national va probablement causer la 3ème Guerre Mondiale. »

Lors de l’ouverture du Leverhulme Centre for the Future of Intelligence (Centre Leverhulme pour le Futur de L’intelligence) à l’Université de Cambridge, Stephen Hawking partageait aussi son inquiétude. Selon le physicien, la création d’une intelligence artificielle puissante serait « soit la meilleure, ou la pire chose, qui pourrait jamais arriver à l’humanité. »