À la uneSportTennis

Roland-Garros, jour 11 : Swiatek prend la porte, Nadal et Djokovic la passe en souffrant

Tous les soirs jusqu’au 13 Juin, VL Média fera le point chaque soir sur la journée de Roland-Garros. Résumé des moments marquants de la journée, et projection sur les affiches importantes du lendemain, vous saurez tout de ce qu’il ne fallait pas manquer sur les courts du côté de la Porte d’Auteuil. Aujourd’hui retour sur les qualifications difficiles de Nadal et Djokovic et projection sur les demies-finales dames

Le match de la journée : Rafael Nadal – Diego Schwartzman

35 voici le chiffre du nombre de sets consécutifs remportés par Nadal avant de se présenter face à “El Peque” devant 5000 spectateurs en quart de finale de Roland-Garros. Un nombre qui sera monté à 36 puis restera intact ensuite puisque le petit argentin a réussi l’exploit de chiper un set au trédécuple (13 fois) vainqueur du tournoi. Cependant ceci n’aura pas suffi à renverser Nadal pour la troisième fois de sa carrière à Paris. Le Taureau de Manacor a en effet connu une rencontre sinusoïdale face à Schwartzman. On s’attendait il est vrai à un beau combat et on n’a pas été déçu sur ce plan-là. La première manche fut cependant rapidement verrouillée par l’espagnol (6-3) même si on ne le sentait pas réellement impérial durant ce set. Le scénario assez classique semblait alors convenu. C’est à ce moment-là que le petit Diego, du haut de ses 1m68 décida d’accélérer le jeu et les échanges. L’argentin était partout sur toutes les balles et en mettait deux fois plus, pendant ce temps Nadal lui commettait un grand nombre de fautes directes, en coup droit, et était loin d’être irréprochable au service. “Rafa” terminera ce match avec 29 fautes directes. L’inévitable se produisit donc et Schwartzman revenait à un set partout (6-4). Un séisme à l’échelle du tournoi, quand on connaît l’emprise de Nadal à Roland Garros.

C’est pourtant au début de la troisième manche que le quadruple tenant du titre était le plus en difficulté. Si il ne concéda pas de break, on sentit que l’espagnol pouvait vaciller, jusqu’à 4-4, 30-15 en réalité. A ce moment-là, Schwartzman rata un coup droit presque évident et offrit deux balles de break à Nadal qui ne se faisait pas prier pour les conclure. Le match venait totalement de basculer et de changer de visage. Nadal garde la main sur son service ensuite pour empocher la manche, et ne laissera qu’au petit argentin la possibilité d’inscrire 5 points sur le quatrième et dernier set pour un 6-0 finale en forme de chef-d’œuvre. L’espagnol étant remobilisé au bord du précipice, réussissant de nouveau à faire reculer le demi-finaliste de l’an dernier en l’enfonçant avec son coup droit, parallèlement à l’explosion de Schwartzman sur le plan physique. Nadal se qualifie donc pour une quatorzième demi-finale à Paris. Et pour ne pas rassurer ses adversaires, rappelons qu’à chaque fois, qu’il s’est retrouvé à ce stade de la compétition, la Coupe des Mousquetaires à fini entre les bras du Majorquin…

Le point de la journée : Nadal le démolisseur

Comme à son habitude c’est au pied du mur, que l’espagnol est le meilleur. Et c’est avec son coup droit qu’il fait la différence. Un point exceptionnel et un Schwartzman qui ne pouvait absolument rien faire…Le match était en train de basculer

L’autre match du jour : Djokovic – Berrettini

Si Nadal a donc souffert un petit peu pour son quart de finale, c’est également le cas du n°1 mondial Novak Djokovic. Le serbe est tombé sur un excellent Berrettini par moment, qui s’il n’a pas varié assez son jeu pour espérer battre Djokovic, a quand même montré toute sa puissance et sa détermination pour l’inquiéter quelque peu. Les deux premières manches pourtant étaient presque à sens unique devant un public, qui espérait voir plus de suspense pour la première night session avec des spectateurs. Ceci n’a malheureusement pas été le cas, Djokovic étant impeccable sur son service, et Berrettini n’étant pas capable à part par instants, de déborder le vainqueur de l’Open d’Australie. C’est ainsi que Djokovic prit les devant et menait deux sets à zéro (6-3, 6-4) sans aucune péripétie qui venait se mettre en travers de son chemin. Mais l’italien ne pouvait pas s’avouer vaincu comme cela. Dans le troisième set, améliorant sa qualité de service, il fît de la résistance face à Djokovic, réussissant à l’amener dans un tie-break assez critique et tendu puisque le n°1 mondial était pressé et espérait obtenir son ticket pour affronter Nadal le plus rapidement possible. Le niveau de jeu augmenta alors d’un cran et les deux hommes voyaient chaque point être très disputé. C’est finalement à 5-4 pour Djokovic que celui-ci craque. Berrettini marquant 3 points consécutifs dont le dernier sur un service gagnant imparable, pour revenir à deux sets à un sous les clameurs du public qui en avait enfin pour son argent. Malheureusement le fait d’avoir un quatrième set condamnait également le public qui ne put rester jusqu’au bout pour assister à la fin de la rencontre, couvre-feu à 23h oblige. Le match fut interrompu pour faire partir un public frondeur et c’est à huis-clos que la fin de la quatrième manche se déroula. Berrettini, alors sur une bonne dynamique et qui s’était offert des opportunités de break, venait d’être coupé dans son élan. Et c’est au moment le plus cruel pour l’italien, alors qu’on se dirigeait vers un nouveau tie-break, que Djokovic en profita. Il breake à 6-5 pour l’emporter et se qualifier pour la demi-finale dans un immense cri de soulagement à en faire trembler le stade. Il retrouvera son meilleur ennemi pour une 58e confrontations, la 9e à Roland-Garros. Le bilan est pour le moment sans appel, 7-1 Nadal, mais on ne doute pas une seule seconde que Djokovic aura le couteau entre les dents, pour tenter de réaliser l’exploit d’une vie et atteindre la finale…

La sensation du jour : Swiatek prend la porte

Justine Hénin, triple vainqueur entre 2005 et 2007 de Roland-Garros attendra toujours sa successeur. Il ne s’agira pas en effet d’Iga Swiatek, qui rééditera la performance de conserver son titre. La polonais impériale depuis le début de la quinzaine, qui restait sur 22 sets consécutifs gagnés à Paris, a fini par chuter hier contre Maria Sakkari. Diminuée visiblement au genou, puisqu’elle a pris un temps-mort médical entre les deux sets, elle n’a jamais été capable de faire le jeu contre la grecque qui dispose toujours d’une très belle main. Infatigable marathonienne ou presque Swiatek n’était cette fois pas capable d’être sur toutes les balles. Surtout que Sakkari variait parfaitement le jeu. Logiquement la grecque prit la première manche sur le score de 6-4. Une surprise avant le match, mais qui n’en n’était plus une, dès lors que la rencontre avait commencé. Continuellement supérieure à son adversaire, Sakkari n’avait qu’un ultime obstacle à franchir, le stress de valider son exploit face à la tenante du titre. Après avoir breaké d’entrée, il fallait en effet tenir le score dans la seconde manche. Et malgré des jeux plus accrochés, la 17e mondiale réussissait à aller au bout de son exceptionnelle performance. Imitant son compatriote Tsitsipas dans le tableau masculin, elle sera en demi-finales et sera presque la favorite de ce dernier carré, après avoir déjà éliminée Sofia Kenin. Le plus dur restera cependant à faire savoir gérer ses émotions, à l’approche d’un éventuel sacre. Son adversaire sera Barbora Krejcikova, la tchèque qui n’a perdu qu’un seul set depuis le début du tournoi et qui a éliminée hier la jeune prodige Cori Gauff de manière assez maîtrisée, sur le score de 7-6, 6-1.

Les demi-finales dames du jour : Qui s’engouffrera pour créer la surprise ?

Pavlyuchenkova, Zidansek, Krejcikova, Sakkari. La personne qui a misé sur ce dernier carré féminin avant le tournoi, si tant est qu’elle existe, est désormais milliardaire et vient de prendre des vacances pour les Bahamas. A elle 4 ces jeunes femmes, pesaient avant le tournoi…aucune demi-finale majeure, et leur classement moyen est 42e. On a malgré tout deux têtes de série dans ces deux demies-finales qui peuvent faire figure de favorites. En effet Sakkari, peut-être la plus connue de ces 4 joueuses est comme on vient de l’évoquer en pleine bourre. En sortant les deux finalistes de l’année dernière, elle vient de récupérer illico presto le statut de favorite du tournoi. D’autant plus qu’avec sa main et sa palette technique, elle a de quoi faire déplacer ses adversaires. Attention toutefois au stress dû à l’enjeu important et à son adversaire Krejcikova qui reste sur 10 victoires consécutives.

Dans l’autre partie du tableau, Pavlyuchenkova, la tête de série n°31 sera la plus expérimentée face à sa jeune adversaire Zidansek. Ayant franchi enfin le cap des quarts de finale en Grand Chelem, elle pourrait être libérée d’un poids contre sa jeune adversaire, 23 ans à peine. Zidansek toutefois à sortie des gros poissons, Bianca Andreescu, vainqueur à l’US Open et Badosa outsider présumée de ce Roland-Garros. De l’autre la russe à également sortie Azarenka et Sabalenka en 3 manches. Bien incertain donc de prédire cette deuxième demi-finale entre la 32e et la 65e mondiale, même si l’expérience du plus haut niveau à ce stade pourrait faire la différence pour Pavlyuchenkova

Notre pronostic : Une victoire de Sakkari et de Pavlyuchenkova

Related posts
À la uneFrancePolitique

Yannick Jadot remporte la primaire écologiste contre Sandrine Rousseau

À la uneSéries Tv

Culte | On a redécouvert pour vous ... Charmed, sortilèges, amour et girl power

À la uneSéries Tv

Charmed arrive le 22 octobre sur TMC à 21h05

À la uneActualitéMusique

Le chanteur américain R. Kelly, coupable de plusieurs crimes sexuels

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux