À la uneCultureLittératurePop & Geek

Rumiko Takahashi sacrée du Grand Prix du Festival d’Angoulême

Rumiko Takahashi 01

Rumiko Takahashi, auteur de Ranma 1/2, Lamu et Juliette je t’aime, vient de recevoir le Grand Prix du Festival d’Angoulême. Ce prix la récompense pour l’ensemble de sa carrière étendue sur 40 ans.

Après des années de militantisme de la part des auteurs de la génération Club Dorothée, les efforts ont enfin portés leurs fruits. En lice avec le français Emmanuel Guibert et l’américain Chris Ware, Rumiko Takahashi vient de décrocher le Grand Prix du Festival d’Angoulême pour sa 46e édition. Une récompense qui met à l’honneur l’ensemble de la carrière de la mangaka qui dure depuis 40 ans. Un prix symbolique pour le festival puisque Rumiko Takahashi est à la fois la deuxième mangaka et la deuxième femme à le recevoir respectivement après Katsuhiro Otomo et Florence Cestac.

Rumiko Takahashi 02

Outre le Grand Prix, le festival a également remis le Fauve d’Honneur à Frank Miller. Auteur de classiques comme Daredevil et divers arcs Batman (Year One, Dark Knight, Dark Knight Returns), il exerce également dans le cinéma où il a lui-même adapté son œuvre SinCity. Pour sûr, il n’aura pas volé cette récompense.

Une touche nippone au féminin

Créatrice prolifique de plusieurs longues séries, Rumiko Takahashi est sûrement l’auteure ayant vendu le plus de bande dessinées dans le monde. Avec 200 millions d’exemplaires vendus, ses œuvres tiennent une place de choix dans le paysage de la pop culture internationale. Toutefois, résumer le prestige de l’artiste à ses ventes serait une erreur. Éclectique, elle explore aussi bien la comédie romantique que le shonen bastonnant en passant par l’heroïc fantasy horrifique. Préférant mettre en avant des personnages marginaux et imparfaits, l’ensemble de son œuvre est marquée par un progressisme en marge d’une société japonaise conservatrice.

En France, elle s’est fait connaître notamment via le Club Dorothée où ses œuvres adaptées en série animées ont été diffusées. Démarré avec Lamu (Urusei Yatsura en VO) en 1988, cette série racontait l’histoire d’un triangle amoureux comprenant une extraterrestre. Une semaine plus tard était diffusé Juliette je t’aime (Maison Ikkoku en VO) traçant le quotidien de personnages excentriques au sein du pensionnat des Mimosas. Enfin, Ranma 1/2 diffusé en 1992 raconte le quotidien d’un jeune garçon expert en art martiaux pouvant se transformer en fille.

A voir aussi : Festival d’Angoulême : BD, manga, même combat ?

Related posts
À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous ... The Kominsky method, vieillir avec humour.

À la uneÉtudiant

Le Parlement des Etudiants :une immersion en politique

À la uneBrèvesMédias

Miss France 2020 : ce qui vous attend pour l'élection du 14 décembre sur TF1

À la uneActualitéSociétéSociété

Près de 63 000 expulsés en France au cours de l’année

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux