À la uneActualitéFranceSantéSociétésociété

Le scandale sanitaire de la maladie de Lyme

lyme

Cette semaine, la Une de l’Obs concerne la maladie de Lyme : totalement niée en France, ses victimes ne sont pas traitées en conséquences et les dénouements sont souvent désastreux. Provoquée par des tiques porteuses de la bactérie Borrelia, elle est la cause d’un appel d’urgence de plus de cent médecins à la ministre de la Santé.

Une maladie qui mène sans raison à l’hôpital psychiatrique

Des personnes atteintes de la maladie de Lyme ont été internées pour cause d’hystérie et de dépression. Puisque cette pathologie est mal diagnostiquée, les traitements par antibiotiques ne sont que des bombes à retardement qui finissent par déclencher chez les patients des symptômes quasi irrémédiables. On apprend de la bouche de Christian Perronne (chef de service en infectiologie à l’hôpital unde iversitaire Raymond-Poincaré de Garches, et codirecteur d’un groupe de travail sur la vaccination à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)) interviewé par l’Obs que « certains finissent par se suicider. J’ai sorti des gens de l’asile ou de leur brancard avec un traitement prolongé d’antibiotiques. Ils en étaient arrivés là parce qu’on avait nié leur pathologie. C’est un scandale sanitaire« .

Des autorités sanitaires françaises totalement sourdes

Deux tests existent pour détecter la bactérie Borrelia (dont une des vingt sortes est la cause de la maladie de Lyme) : le test Elisa, et le Western-Bolt. Le problème ? Seul le premier est utilisé en France, et il ne permet de détecter que trois des espèces de cette bactérie. De plus, être négatif à ce test n’est pas synonyme d’une quelconque assurance de ne pas porter la maladie. Le deuxième, alors qu’il est couramment utilisé aux Etats-Unis, peut être la cause de poursuites par l’Assurance Maladie des médecin qui y ont recours. « Le corps médical ne voulait absolument pas entendre parler de la chronicité de cette maladie. J’ai été moqué, jusque dans mon propre service » confie le docteur à l’Obs.

Un problème de médiatisation ?

« C’est un phénomène classique : en cas d’épidémie infectieuse, les autorités répugnent à reconnaître l’étendue des dégâts, et leur responsabilité« . Alors que des études montrent que les tiques, dont de plus en plus en plus sont contaminées, se démultiplient en Europe, la France adopte en la matière la politique de l’autruche en minimisant le nombre de patients atteints de la maladie. En espérant que la médiatisation de cette maladie vienne enfin à bout d’un déni qui mène à leur perte plusieurs dizaines de milliers de victimes supplémentaires chaque année…

Avril Lavigne dans l’émission Good Morning America a fait parler d’elle en fondant en larme, racontant sa lute contre la maladie de Lyme.

 

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneMédiasMusique

The Voice - Alphonse : "J'aime les artistes libres"

ActualitéVoyages

City Break : que faire à Milan pour le week-end ?

ActualitéFootSport

"Giroud" : 4 anecdotes que vous allez découvrir sur Olivier Giroud dans le documentaire de Canal +

À la uneCinémaCulture

Festival de Cannes : suivez la cérémonie de clôture en direct

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux