À la uneActualitéFrancePolitique

Le socialisme en bref – [DOSSIER] Les idéologies politiques (2/5)

Socialisme. Si Jean-Luc Mélanchon ou même Benoît Hamon se revendiquent du socialisme, les discours politique et médiatique raffolent aussi de ces mots-étiquettes pour classer les individus dans différentes écoles de pensées. Mais ça veut dire quoi être socialiste ?

Le socialisme prend son essor à la Révolution Industrielle. Si l’on peut remonter jusqu’au Moyen-Âge pour dater l’émergence des premières formes du socialisme, c’est au XIXème siècle, lors de la Révolution Industrielle, que naît le socialisme moderne. L’ensemble de l’économie et des relations humaines se transforment : la production, autrefois artisanale, manuelle et éclatée dans l’ensemble du territoire, se mécanise. Elle se pense désormais à très grande échelle et se centralise autour de grands pôles d’activités.

Karl Marx (1818-1883), philosophe et homme politique russe. (Photo de Roger Viollet Collection/Getty Images)

Lénine harangue les foules lors de la révolution bolchevik en 1917, en Russie.

De multiples variantes au sein du socialisme


Socialisme utopique à tendance anarchiste pour l’abolition de l’Etat, socialisme léniniste issu de la Révolution bolchevique, socialisme marxiste…. Les différents courants qui nourrissent le socialisme s’accordent sur plusieurs points. Le socialisme est une doctrine économique et politique qui entend abolir la propriété privée. Outre les possessions individuelles, le socialisme s’élève contre la propriété des moyens de la production économique par la classe bourgeoise. Cette notion de classe est structurante dans la pensée socialiste de Karl Marx : le socialisme est un état de transition du système capitaliste (où les bourgeois disposent des moyens de productions) et des prolétaires (les travailleurs exploités par cette propriété). Ces derniers doivent lutter pour renverser la classe dominante et imposer une dictature du prolétariat qui doit aboutir au communisme : une société collectivisée, sans classes et sans État. Ce mouvement de lutte perpétuelle, entre oppresseurs et opprimés, constitue également la dialectique de l’Histoire chez Marx.

 

I. Bourgeois et prolétaires
L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.
Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître de jurande et compagnon, en un mot oppresseurs et opprimés, en opposition constante, ont mené une guerre ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée, une guerre qui finissait toujours soit par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, soit par la destruction des deux classes en lutte.

Friedrich Engels et Karl Marx, Manifeste du Parti communiste (1848)

Á lire aussi : Le libéralisme en bref – [DOSSIER] Les idéologies politiques (1/5)

 

Contre le libéralisme le socialisme

Farouchement opposé à l’idéologie libérale, le socialisme souhaite imposer plus de justice sociale, faire infuser plus de solidarité entre les individus par une répartition plus équitable des richesses produites par une nation. L’intérêt général prime ainsi sur les intérêts particuliers et le collectif doit se substituer à l’individuel. Toutefois, le socialisme est parfois employé dans une version édulcorée. Utilisé par les partis de gauche, leur vision du socialisme s’arrête à un progrès qui vise à refonder la société en profondeur, pour plus d’égalité et de justice, notamment au regard des droits des individus. Loin donc, des variantes historiques du socialisme théorisées par Karl Marx ou Pierre-Joseph Proudhon.

About author

Co-Responsable et rédacteur du pôle Politique. Étudiant en journalisme au CELSA, je me destine principalement au photojournalisme et à la radio. Passionné de photographie.
Related posts
À la uneFrancePolitique

Nicolas Sarkozy condamné à 3 ans de prison dont 1 an ferme

À la uneCinéma

Un reboot de Superman en préparation

À la uneBrèvesFranceSanté

Couvre-feu : Emmanuel Macron demande aux Français de « tenir encore 4 à 6 semaines »

À la uneSéries Tv

La traque : "Va te faire voir" répond Yves Rénier au fils de Fourniret

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux