À la uneActualitéFranceMédias

TF1 – Orange : la guerre est déclarée

Nouvel épisode dans le conflit sur les contrats de distribution des chaînes de TF1. Orange a pris la décision d’arrêter ses campagnes publicitaires sur le groupe audiovisuel.

Orange contre-attaque

Face aux offensives multipliées de TF1, l’opérateur téléphonique a décidé de riposter. Le groupe de télécommunication a annoncé, vendredi 16 février, qu’il suspendait la diffusion de ses campagnes de publicité. ” Orange n’a fait que lever des options ” incluses dans des contrats de publicité en cours ” dans le respect des conditions générales de vente de TF1 “, a expliqué un porte-parole à l’AFP. De la part d’un des principaux annonceurs de la télévision, cela représente une perte de 20 à 50 millions d’euros de recettes. Si pour l’instant rien n’est visible à l’antenne, selon les informations du Figaro, l’annulation devrait prendre effet début mars.

TF1 à l’assaut des diffuseurs

TF1 est engagée, depuis 2016, dans un bras de fer avec ses diffuseurs pour renégocier les contrats de distributions de ses chaînes. Des accords ont déjà été passés avec Bouygues et Altice/SFR. Mais n’a pas réussi à s’entendre ni avec Iliad, maison-mère de Free, ni le groupe Canal+. Et face aux négociations infructueuses avec Orange, le groupe audiovisuel a fini par mettre ses menaces à exécution, comme indiqué dans un communiqué : ” Orange n’est plus autorisé à vendre MyTF1 et les chaînes en clair du groupe TF1 à ses abonnés. “. Le service à la demande a ainsi été coupé le 1er février dernier. En revanche, l’opérateur téléphonique est assigné en justice car il continue de commercialiser les cinq canaux de la Une.

Pourquoi cette guerre ?

Gilles Pélisson, nouveau PDG de TF1, est bien décidé à faire payer l’accès à ses chaînes en clair. Jusque-là, TMC, TFX (ex-NT1), TF1 Séries et Films (ex-HD1) et LCI étaient fournies gratuitement. ” L’enjeu des négociations avec les opérateurs porte sur la juste rémunération de nos contenus. Il est légitime qu’un opérateur qui commercialise un accès télécom, Internet et télé à 30 euros rémunère les contenus à leur juste valeur. “, explique Gilles Pélisson. Le groupe audiovisuel justifie cette demande en prenant exemple sur les accords passés entre Orange et des chaînes étrangères. Selon Le Monde, le groupe télécom payerait 80 centimes d’euros pour diffuser des chaînes d’Europe de l’Est.

Mais pour l’opérateur, les services proposés par le groupe audiovisuel français ne valent pas le prix demandé. Sur les 100 millions d’euros réclamés aux quatre diffuseurs, TF1 souhaite soustraire 20 millions d’euros à Orange, en proportion de ses 6,5 millions d’abonnés. En échange, il lui propose un service premium qui comprend : la diffusion de certains programmes en ultra haute définition, le replay au-delà de sept jours ou encore la possibilité de revenir au début du programme pendant le visionnage.

Un combat qui pourrait coûter cher à TF1

Quoiqu’il en dise, Orange a besoin des programmes de la Une. Les effets de la coupure du replay se font déjà ressentir. De nombreux téléspectateurs expriment leur mécontentement sur les réseaux sociaux. Mais TF1 reste probablement celui qui joue le plus gros dans cette affaire. En coupant totalement le signal de ses chaînes sur les box Orange, le groupe audiovisuel prend un risque. Le risque de perdre de nombreux téléspectateurs. L’opérateur représenterait 25% de l’audience de TF1, selon Stéphane Richard, PDG du groupe de télécom. En supprimant ses campagnes publicitaires, Orange espère sûrement mettre la pression sur son adversaire. Jusque-là en position de force, la première chaîne d’Europe pourrait perdre beaucoup avec ce pari audacieux.

Related posts
À la uneEconomie

Crypto pour les nuls : #1 Qu'est-ce qu'une cryptomonnaie?

À la uneActualitéEnvironnement

Pollution : Une nappe d’hydrocarbures de 35 kilomètres au large de la Corse

À la uneActualitéInternational

Prix Pulitzer : Une récompense spéciale pour la jeune femme qui a filmé le meurtre de Georges Floyd

À la uneActualité

“Marche des libertés” : Une manifestation contre l'extrême droite se tient aujourd’hui à Paris

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux