Covid19: 7560 morts en France, un record de personnes en réanimation (6838) mais un besoin en lits supplémentaires qui diminue jour après jour. Prolongation du confinement jusqu’au 15 avril minimum. Le point sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneActualitéInternational

Turquie : analyse de la victoire d’Erdogan

Erdogan victoire législatives Turquie

Recep Tayyip Erdogan, le président de la République de Turquie, a vu dimanche son parti, l’AKP, retrouver la majorité absolue lors des élections législatives, qu’elle avait perdue lors des élections de juin dernier. Voici les raisons du triomphe du “Sultan” Erdogan.

La victoire est presque totale. Après l’affront des dernières élections législatives de juin, l’AKP a retrouvé la majorité absolue à l’issue des élections législatives du 1er novembre. Le parti islamo-conservateur a frôlé son score historique de 2011 en remportant 49,41% des voix et raflé 316 des 550 sièges de députés au Parlement. Loin derrière, les socio-démocrates du CHP n’ont récolté que 25,38% des suffrages, et le HDP (prokurde) seulement 10,75%.

Turquie élections

La carte des régions turques remportées par l’AKP (jaune), le HDP (violet) et le CHP (rouge).

La stratégie du président Erdogan de séduire une partie de l’électorat de la droite ultranationaliste a porté ses fruits. Le parti nationaliste MHP de Devlet Bahçeli n’a en effet remporté que 11,90% des suffrages. Pour cela, le Président turc a joué sur le climat de peur engendrée par les vagues de violence entre forces de sécurité et rebelles kurdes du PKK. Sans compter l’attentat d’Ankara du 10 octobre imputé à Daesh, qui a fait 95 morts.

Même dans les provinces à majorité kurde, le vote pour le parti prokurde HDP est en baisse globale : moins 6 % dans la province de Diyarbakir, moins 5 % à Mardin, moins 10 % à Mus, etc. Selahattin Demirtas, le codirigeant du parti et figure montante de la classe politique turque, peinait à cacher sa déception, préférant chercher du positif dans la défaite : “Nous sommes le troisième parti de Turquie [en termes de sièges, NDLR] et je souhaiterais remercier nos électeurs.”

Selahattin Demirtas HDP

Selahattin Demirtas, co-président du parti démocratique des peuples (HDP)

Le HDP dénonce des élections non équitables

Après avoir reconnu la défaite, Selahattin Demirtas est passé à l’attaque : “Ces élections n’étaient pas équitables. Le HDP n’a pas pu faire campagne [en référence aux nombreuses attaques contre ses militants, NDLR], nous avons été la cible constante de l’AKP”. “Il y a eu des centaines de cas de fraude répertoriés à travers le pays, et notamment dans les régions kurdes”, a pour sa part estimé Faysal Sariyildiz, député HDP de la province de Sirnak, à la frontière avec l’Irak et la Syrie.

A l’unisson, les membres du parti prokurde ont dénoncé l’atmosphère délétère entretenue par l’AKP et le Président Recep Tayyip Erdogan.  “En attisant les braises du conflit avec le PKK, le leader turc n’a voulu laisser aux électeurs que le choix entre l’AKP et le chaos, c’est un grand classique du parti”, estime un membre du HDP, joint par téléphone. L’élu n’oublie pas également de rappeler les violences à l’encontre de la presse qui, selon beaucoup d’observateurs, ont eu un véritable impact sur ce scrutin.

La liberté de la presse dans le monde. Dans ce classement par pays réalisé par Reporters sans frontières, la Turquie est classée 154ème (crédits : lepoint).

La liberté de la presse dans le monde. Dans ce classement par pays réalisé par Reporters sans frontières, la Turquie est classée 154ème (crédits : lepoint).

En effet, cinq jours avant les élections, les forces de l’ordre ont pris d’assaut au petit matin à Istanbul le siège des chaînes de télévision Bugün TV et Kanaltürk. Mais malgré les pressions exercées par le gouvernement turc à leur encontre, les opposants kurdes du HDP font leur autocritique pour expliquer leur défaite électorale. Certains d’entre eux estiment que les groupes violents, à l’instar du PKK et de sa branche jeunesse urbaine, ont fortement nui à l’image du HDP et renforcé le climat de peur et d’insécurité dont la majorité a su tirer profit.

Related posts
À la uneActualité

Coronavirus : "le discours personnel" d'Elisabeth II ce soir aux Anglais

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous... Freud troque la psychanalyse contre l'horreur ésotérique

À la uneActualitéFranceMédias

Afida Turner : en nuisette et décolleté XXL sur C8 pour parler coronavirus

À la uneActualitéFranceSanté

Coronavirus : le don du sang est essentiel pour aider les hôpitaux

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux