James Harrison, australien de 81 ans, a donné son sang pour la dernière fois. Porteur d’un anticorps très rare, il est rentré dans le livre des records pour avoir donné son sang plus de 1000 fois. Surnommé « l’homme au bras d’or », il aurait sauvé plus de deux millions de bébés au total

« L’Homme au bras d’or »

Vendredi 11 mai, James Harrison a donné son sang pour la dernière fois. Agé de 81 ans, il aurait offert son sang 1173 fois, un véritable exploit, qui aurait sauvé plus de deux millions de bébés. En effet, il contient des anticorps anti-D extrêmement rares et particulièrement précieux pour permettre de lutter contre une maladie extrêmement meurtrière: la maladie hémolytique du nouveau-né (MHN). Celle-ci se développe lorsqu’une femme enceinte est de groupe sanguin négatif, alors que son enfant est de groupe sanguin positif. Dans ce cas, la mère peut produire des anticorps qui vont s’attaquer aux globules rouges du futur bébé et les détruire, pouvant entraîner sa mort.

Medical I Love You GIF by Make it Move - Find & Share on GIPHY

Un passé médical délicat

Avant de devenir le héros de toute une nation, il fut opéré d’un poumon lorsqu’il était âgé de 14 ans. Une expérience qui lui fait comprendre que donner son sang est très important, lui qui est encore en vie uniquement grâce aux dons de sang de personnes anonymes. A 18 ans, âge minimum requis pour donner son sang à l’Australie, il décide donc de passer à l’acte. Un jour, il est contacté par les services de santé du pays. Pour une raison inexpliquée, son sang contient des anticorps anti-D, capable de lutter contre la maladie hémolytique du nouveau-né (MHN). Il était le seul à l’époque à posséder cette perle rare dans la base de données australienne. Il donne donc très régulièrement son sang, à raison d’environ une fois tous les 19 jours.

En Australie, on recense actuellement 200 personnes dont le plasma présente des propriétés voisines aux siennes. Espérons que parmi elles, il puisse y avoir des personnes aussi généreuses