À la uneActualitéInternationalSantéSociétésociété

Un vaccin pour lutter contre l’extinction des abeilles

Les abeilles ont un rôle crucial pour la pollinisation et la sauvegarde de la biodiversité. Elles sont depuis le mois d’Aout 2017 officiellement classés en voie de disparition par The United States Fish and Wildlife Service.

Le United States Fish and Wildlife Service (USFWS) est un pôle du Département de l’intérieur des États-Unis. Son but est de préserver la faune et la flore. Cet organisme a donc classé les abeilles en voie d’extinction. Les abeilles sont responsables de 80% à 90% de la pollinisation des espaces végétales. Une espèce qui assure donc la pérennité de la vie de la flore de l’ensemble de la planète.

Outre l’usage de néonicotinoïde qui décime des ruches entières. La loque américaine, est une maladie bactérienne extrêmement fréquente dans les ruches, et particulièrement létale. Des chercheurs Finlandais ont donc élaboré un vaccin qui a pour but d’éradiquer cette bactérie. Ils ont l’espoir d’ainsi endiguer le « syndrome de l’effondrement des colonies d’abeilles ». A la tête de ce projet, une chercheuse, Dalial Freitak annonce « Si nous pouvons sauver ne serait-ce qu’une petite partie de la population d’abeilles avec cette invention, je pense que nous avons fait notre bonne action et sauvé un peu le monde ».

La vaccination par la reine, un petit palier

Suite à une collaboration avec une experte, Heli Salmela, qui travaillait déjà sur les abeilles. Ensemble elles s’aperçoivent qu’une protéine ingérée peut se transmettre à la descendance de l’abeille traitée.  Elles ont donc administré le vaccin sur un carré de sucre, donné à la reine d’une ruche, pour que les futures générations soient immunisées.

Mais les maladies ne représentent qu’une petite partie des causes de mortalité chez les abeilles. Le problème majeur est lié à l’activité humaine, principalement par les produits qui vise à éliminer les nuisibles dans les plantations agricoles. En cause, les néonicotinoïdes, des produits hautement toxiques qui sont utilisés comme insecticides. Ces produits ont un puissant impact sur la reproduction des abeilles. Mais l’Europe et le Canada se sont prononcé favorablement à l’interdiction de tels produits.

Cette étude menée à Helsinki, s’est vue subventionnée par des financements externes. Mais les chercheuses viennent de transférer leurs travaux au coeur de l’Autriche. Elles pourront travailler dans l’Université de Graz, là où le chercheur Karl von Frisch, à découvert le système de communication des abeilles, par le biais de danses.

 

 

Lire aussi ; L’avortement en Irlande, à une signature de la mise en pratique

Related posts
À la uneActualitéMusique

« Les Etoiles vagabondes : Expansion » le Nouvel album intimiste de Nekfeu.

À la uneActualitéNon classéSport

CAN : la Côte d'Ivoire et le Mali au rendez-vous, la Tunisie accrochée

À la uneActualité

Science Po: Une nouvelle stratégie de recrutement.

À la uneActualitéFrance

Consultation publique - Quelles espèces considérer nuisibles ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux