Vermin raconte l’histoire décapante de deux policiers, Mantos et Chemou, une mante religieuse et une mouche faisant équipe bien malgré eux pour faire régner l’ordre dans une ville gangrenée par la drogue et la violence.

Avant tout chose, il convient de préciser un point important, Vermin est réservé à un public averti. Pourquoi cela ? Car Vermin est un dessin animé pour adulte. Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’un dessin animé passant à 23h30 sur RTL9 après des pubs douteuses. On parle d’un dessin animé réservé à un public adulte qui sera en mesure de comprendre l’humour et les références amenées par la série. De plus, des images choquantes sont présentes, confirmant par là qu’il faut vraiment éviter de montrer ça à son petit cousin.

Vermin est la première production disponible actuellement, du studio, BobbyPills.
Ce studio, qui a fêté son premier anniversaire récemment, a été fondé par David Alric (créateur des Kassos) et la plateforme BlackPills (plateforme de VOD sur smartphone et tablette). Dans ce studio, nous retrouvons pêle-mêle Balak (Lastman), Jérémie Perin (Lastman aussi), Baptiste Gaubert alias Gobi (Lastman toujours) et Alexis Beaumont (les Kassos).

Vermin raconte l’histoire d’insectes évoluant dans un monde à leur image, les bâtiments étant des boites de gâteaux et les auto-radios de voiture servant d’enceintes géantes. On suit Mantos et Chemou, une mante religieuse et une mouche tous les deux policiers. Mantos est un jeune homme quittant sa campagne pour rejoindre la ville et les forces de police. Chemou, elle, est déjà dans les forces de l’ordre depuis quelques années. Après quelques péripéties, nos deux compères finiront par faire équipe pour combattre le mal…

Un humour qui décape

Vermin nous propose un humour très efficace. Les épisodes durent en moyenne 8 minutes et les calembours et autres jeux de mots s’enchaînent à une rapidité impressionnante. Le rythme est effréné, les personnages avancent vite dans l’intrigue (du fait de la durée des épisodes) et nos éclats de rires s’enchaînent. Inspiré des Kassos, ce format court est parfaitement exploité et permet au spectateur de prendre du plaisir à regarder, sur le pouce ou non, un petit épisode pour une bonne dose de rigolade.

Vermin

Même les insectes prennent le métro, et cela peut donner des scènes incongrues…

Performance audiovisuelle au rendez vous !

Disons-le d’emblée, en termes audiovisuels, Vermin est au top. La direction artistique est parfaite, aussi bien au niveau visuel que sonore.

L’un des points forts de la série est d’avoir un design épuré, des décors simples et efficaces. Cela laisse plus de place aux animations principales des personnages et permet d’avoir un rendu très fluide. Tous les personnages sont des insectes, arborant des design et couleurs délurés, pour le plus grand plaisir des spectateurs. L’ambiance est un peu street avec beaucoup de nuances de gris et de couleurs sombres. Les quelques touches de couleurs que forment les personnages permet de bien les faire ressortir à l’écran.

Vermin

Une mouche, une mante religieuse, un criquet et un scorpion, bref un sacré casting !

Malgré une très grande qualité d’animation, on remarque parfois un léger manque de fluidité. Quelques images semblent également manquantes. On sent que la série aurait mérité d’avoir un dernier petit coup de polish avant sa publication, mais il  semblerait que les délais de livraison étaient assez serrés.

 Autre point marquant, le doublage !

L’ambiance sonore est une totale réussite. On retrouve quelques voix présentes dans les épisodes des Kassos (la voix de la centrale dans les talkies walkies des policiers n’est autre que la voix de l’assistante sociale des Kassos). Les personnages principaux sont doublés par Julien Crampon et Casey respectivement Mantos et Chemou. On retrouve aussi Mr Poulpe faisant la voix de Rick (le criquet badass) et Gael Mectoob pour le commissaire de police.

Un véritable travail a été accompli sur la direction d’acteur, les prises se sont accumulées en session d’enregistrements pour arriver à l’effet escompté et ça se sent. Le jeu d’acteur est de qualité et on est en totale immersion dans les épisodes.

En termes de sound design, la série distille les bons sons aux bons endroits avec parfois des petites surprises, notamment les bruitages des personnages qui amènent un vrai plus et souvent une bonne touche humoristique.

Malgré des épisodes courts, BobbyPills nous propose une réelle variété de musiques, toutes excellentes, principalement du rap pour rester dans cette ambiance street/ghetto.

Vermin

Vous l’aurez compris, Vermin est une perle de l’animation et COCORICO c’est Français ! Nous avons ici un ovni qui permettra peut être de lancer un nouveau mouvement pour l’animation destinée aux adultes.

Vermin est disponible sur l’application BlackPills, pour l’instant gratuitement. A l’heure d’écriture de cet article, tous les épisodes sont disponibles et ne demandent qu’à être regardés !

Vous pouvez retrouvez le trailer officiel ci-dessous :