Transparence exigée dans les abattoirs de Grande-Bretagne. Les caméras de surveillance seraient prévues pour printemps 2018.

Selon le ministre britannique de l’environnement Michael Gove, dès printemps 2018, tous les abattoirs devront être équipés de vidéosurveillance pour mettre fin aux maltraitances envers les animaux.

« Tous les animaux doivent être traités avec le plus grand respect »

Les experts auront accès aux 90 jours de vidéo archivés pour sélectionner, si besoin est, des cas où certains animaux auraient été maltraités.

En fonction du ou des infractions commises, les responsables risqueront de perdre leur licence ou de faire face à des poursuites judiciaires.

Traduction du tweet : « La vidéosurveillance sera obligatoire dans tous les abattoirs en Angleterre à partir de l’année prochaine. Nous possédons certaines normes parmi les plus élevées en matière de bien-être animal dans le monde et nous en tirons parti, pour créer le type de pays dans lequel nous voulons tous vivre. »

Les images chocs de 2016

En France, l’association de protection animale L214 avait diffusé début 2016 des images accablantes montrant des animaux maltraités dans des abattoirs. Ces horreurs avaient entraîné la création une commission d’enquête et une proposition de loi venant d’Olivier Falorni (député de la Charente-Maritime) pour installer des caméras dans les abattoirs. C’est donc la Grande-Bretagne qui lance le coup d’envoi, en espérant donner l’exemple.

À lire aussi : Vidéosurveillance dans les abattoirs : le collectif L214 perplexe