À la uneActualitéEconomieFranceMédias

Vincent Bolloré : son empire en péril

Hier 21 juillet, France 2 rediffusait un numéro de son magazine Complément d’enquête avec un portrait de l’homme d’affaires multi-milliardaire Vincent Bolloré, au rythme de toutes ses activités passées et actuelles. L’occasion de faire le point sur l’avenir assombrissant du futur-ex-patron de Canal+.

À la suite de cette nouvelle diffusion du reportage le concernant directement, Vincent Bolloré n’a pas traîné. Le Breton d’origine demande 50 millions d’euros à France 2 en dédommagement d’“une volonté avérée de lui nuire en le dénigrant gravement” a fait savoir le groupe Bolloré, après avoir une première fois réagi lors de la première diffusion de son portrait. Dans celui-ci, Nicolas Poincaré et son équipe de reporters se sont intéressés au personnage Bolloré, ses envies de diriger, les composantes de son empire, et aussi un peu son avenir. C’est justement son futur qui pose aujourd’hui bien des problématiques.

À lire aussi : Pourquoi la stratégie de Vincent Bolloré à Canal+ est-elle un échec ?

Aujourd’hui, comme maintes fois rappelé par lui-même ou par les journalistes de Complément d’enquête, le rôle exact de Vincent Bolloré à Canal+, Vivendi et autres géants demeure assez flou. Actuellement, il est président du conseil de surveillance des deux groupes, et véritable patron du groupe Bolloré. Dans les locaux de l’immense Cité du cinéma de Saint-Denis, le journaliste de Télérama Richard Sénéjoux est clair : quitter les conseils de surveillance actuels ne “va pas changer grand-chose“. Son investissement exponentiel dans plusieurs secteurs (de la papeterie bretonne familiale à Canal+ et Vivendi, en passant par l’huile de palme au Cameroun) semble bientôt atteindre son plafond. Si son charisme demeure intact, comme son stand-up à l’Olympia à Noël 2015 le prouve, le “magnat des media” de 64 ans songe sérieusement à passer le flambeau.

Une application “compte à rebours” pour Bolloré

Mais derrière lui, il laisse futurement un énorme chantier à ses héritiers. Bolloré, selon Complément d’enquête, c’est une présence dans 40 pays d’Afrique, avec des activités agricoles et portuaires sur tout le continent. C’est Autolib’, soit près de 4.000 voitures électriques de location depuis plus de quatre ans. C’est Direct Matin, Canal+ et plus récemment Ubisoft. Bref, un véritable empire qui se complète par son investissement dans l’énergie. “Bolloré est un visionnaire qui se développe dans l’énergie de demain“, surtout en Afrique, assure l’enquête de France 2.

À lire aussi : Bolloré et la censure : l’histoire continue

Alors, pour préparer au mieux son futur départ, Vincent Bolloré a mis au point un système assez ingénieux. Il a téléchargé sur son smartphone une application qui lui indique combien de temps il reste avant qu’il ne doive prendre sa retraite. Celle-ci aura lieu le jour exact où les Papeteries d’Odet, fondations de l’actuel Groupe Bolloré, auront 200 ans, en 2022. Le jour de la diffusion du reportage, il était indiqué sur cette application qu’il reste exactement 2.225 jours à Vincent Bolloré avant que Cyril, Marie, Yannick et Sébastien, ses quatre enfants, ne prennent la suite. Et quelle suite, qui pèse aujourd’hui 15 milliards de dollars partout dans le monde.

bolloré

L’application en question, qui compte les jours de Bolloré | capture d’écran France 2

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCinémaCulture

"Borat", le journaliste Kazakh, est de retour sur nos écrans

À la uneActualitéFranceSanté

46 millions de français désormais touchés par le couvre-feu

À la uneActualitéCinémaCulture

La comédie de Dany Boon sur le confinement sera disponible sur Netflix

À la uneFrance

Le Général Pierre de Villiers annonce un risque de guerre civile

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux