À la uneCinéma

On a vu pour vous… Americool 2 documentaires sur le cinéma des 80’s

Ce sont 2 documentaires qui respirent l’amour du cinéma des années 80 que proposent Christophe Carrière et Jean-Martial Lefranc sur France 4 sous le titre générique Americool : Le Cinéma des années 80

France 4 débute le mois d’octobre avec deux soirées documentaires accompagnés de la diffusion de deux films, véritable déclaration d’amour au cinéma des années 80. Les Mardi 3 et mercredi 4 octobre à partir de 20.55 la chaine proposera en effet deux documentaires réunis sous le titre générique de Americool : Le Cinéma des années 80.

Le premier film De E.T. à Jurassic Park, l’épopée du cinéma familial est signé par le journaliste Christophe Carrière. Raconté à la première personne, enrichi par les témoignages énamourés de plusieurs passionnés de cette période (les comédiens Tomer Sisley, Philippe Lacheau, Marilou Berry, François-Xavier Demaison, Franck Dubosc, le réalisateur et écrivain David Foenkinos, le journaliste Didier Allouch, les réalisateurs Ivan Reitman, John Badham, Joe Dante, le sociologue Emmanuel Ethis...), le documentaire évoque tous ces films devenus cultes et qui ont formé l’âge d’or du cinéma hollywoodien des années 80. Les témoignages respirent la sincérité et les étoiles dans les yeux notamment de Tomer Sisley lorsqu’il parle de Karaté Kid ou de Retour vers le futur sont très touchantes.

Pour qui s’intéresse à cette période ce sera l’occasion de découvrir des anecdotes des coulisses de production au travers notamment d’images d’archives télévisées (Le journal d’Yves Mourousi, Steven Spielberg interviewé par Bernard Pivot…) et évidemment de nombreux extraits des films qui sont au centre du récit tissé par Christophe Carrière et mis en images par Guillaume Perez.

Un témoignage qui touchera forcément ceux pour qui ces titres forment la sève même de leur enfance et qui ont encore une résonance pérenne auprès de nouvelles générations. Des Goonies à Maman, j’ai raté l’avion ? de E.T. à Retour vers le futur ou Karaté Kid en passant par War Games, Sos Fantômes ou Gremlins, c’est tout un pan de l’histoire du cinéma qui saute aux yeux dans ce premier film extrêmement classique dans la forme mais qui a deux qualités énormes : le cœur et la sincérité. Et comme le dit le sociologue Emmanuel Ethis “Ce qui compte c’est l’aspect ludique de la culture.”

Mais c’est quoi déjà… De E.T. à Jurassic Park, l’épopée du cinéma familial ? Note d’intention de Christophe Carrière:Le pop-corn, tout le monde aime cela, mais les enfants et les ados encore plus ! Le film pop-corn, tel qu’il est connu à son apogée dans les années 80, n’a rien à voir avec la junk food. C’est, au contraire, un produit savamment dosé, où le scénario a plus d’importance que les effets spéciaux, ciblant bien entendu les jeunes mais également leurs parents. Un produit de plus en plus rare de nos jours mais que tentent de remettre au goût du jour certains réalisateurs comme J.J Abrams dans Super 8 ou les frères Duffer, créateurs de la série Stranger Things. De E.T. à Jurassic Park, l’épopée du cinéma familial retrace les grandes heures de ce cinéma transgénérationnel. Louise et Luna, mes filles de respectivement 8 et 6 ans, le prouvent en découvrant avec bonheur ces icônes de l’entertainment, dont les héros n’avaient pas de super pouvoirs, mais appartenaient au commun des mortels. 

Le second documentaire s’intitule Blockbusters 80, la folle décennie d’Hollywood et revient sur la folie des films d’actions de cette période magique en proposant un instantané d’une époque et des comédiens qui en sont les emblèmes au premier rang desquels on trouve évidemment Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger et Chuck Norris.

8/23/1984 President Reagan with Arnold Schwarzenegger at the Republican National Convention in Dallas Texas

Les héros des films d’action des années 1980 furent non seulement emblématiques d’une époque mais ces films possèdent également une vision socio-politique marquée. Le film raconte comment des personnalités fortes comme Stallone, Schwarzenegger et Van Damme sont devenus des héros, comment cela s’est passé et en filigrane comment ces films ont façonné le ciné business en attirant des millions de spectateurs à travers le monde dans les salles.

Rythmé par la voix du comédien Emmanuel Curtil, le film raconte également quel fut leur destin lorsque le paysage politique se modifia et comment ils furent laissés pour compte par le public.

Les témoignages de Dolph Lundgren (Ivan Drago dans Rocky 4), de Gary W. Goldstein, producteur de Piège en haute mer, de John McTiernan,(Predator, Last Action Hero….), de Jean-François Rauger, directeur de la programmation de la Cinémathèque française, expliquent comment cette époque a créée des idoles aujourd’hui encore déifiées.

De nombreux extraits de films mettant en scène ces action hero (Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Steven Seagal, Bruce Lee et Clint Eastwood) dans leurs plus grands rôles des années 80, notamment dans Rocky, Terminator, Delta Force, Kickboxer, Nico, La Fureur du dragon et L’Inspecteur Harry sont proposés. L’approche de Blockbusters 80, la folle décennie d’Hollywood est moins populaire que ne l’est celle De E.T. à Jurassic Park, l’épopée du cinéma familial, mais les deux se complètent et se répondent pour former une mosaïque fidèle d’une période qui reste, quoi qu’on en pense, comme l’une des plus importantes de l’histoire du cinéma.

Si la qualité des deux documentaires est indéniable on déplorera la programmation des films qui leur sont associés. Non pas qu’ils ne soient pas réussis, mais Super 8 bien qu’il rende hommage aux films de Steven Spielberg et L’Agence Tous Risques, blockbuster des années 2010 sont loin d’être en totale adéquation avec les sujets abordés dans les deux docs. On aurait préféré voir certains des films évoqués plus caractéristiques de l’époque et ce n’est pas le choix qui manquait. Ces deux soirées sont malgré tout une véritable plongée dans les grandes heures du cinéma pop-corn et une madeleine appréciable pour des téléspectateurs férus d’une certaine idée du cinéma.

Mais c’est quoi déjà… Blockbusters 80, la folle décennie d’Hollywood ? Note d’intention de Jean-Martial Lefranc:« L’Étoffe du héros » s’est évanouie quand les blockbusters se sont tournés vers la technologie et que les effets spéciaux ont pris la place des stars des films d’action. Pour les plus chanceux d’entre eux, les mâles surhumains ont été congédiés et renvoyés directement à l’enfer des DVD, pour la plupart, à l’oubli pur et simple. Pourtant, de temps à autre, ils réussissent un spectaculaire come-back. Blockbusters 80 est un voyage. Pas seulement un voyage visuel à travers les années 80, mais un voyage qui révèle les forces obscures à l’œuvre à Hollywood, le défi du travail sur soi, le drame de la célébrité et, enfin, l’effritement des ego. Ce sont 52 minutes d’énergie brute, de franche rigolade mais aussi une rétrospective intelligente d’une des époques les plus marquantes de l’histoire du cinéma. C’est aussi un moment de nostalgie alors que se referme l’époque des stars au physique de dieu grec.

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneFrancePolitique

Il y a 77 ans, Jean Moulin,figure de la Résistance, fut assassiné

À la uneCinémaCultureSéries Tv

Une série spin-off de The Batman débarque sur HBO Max

À la uneSociété

Affaire Adama Traoré : les juges ordonnent une nouvelle expertise confiée à des médecins belges

À la uneInsolite

Un homme passe 5 ans de trop en prison

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux