À la uneCinéma

On a vu pour vous…. La Belle et la Bête live de Disney

Poursuivant sa politique d’adaptation live de ses succès animés, Disney propose avec La Belle et la Bête une réinvention réussie de son classique.

En se lançant dans les adaptations live de ses classiques animés, Disney a trouvé un nouveau filon que la firme aux grandes oreilles se fait fort de faire fructifier. La Belle et la Bête est le nouveau jalon d’une politique que les succès publics de Maléfice ou Le Livre de la Jungle entre autres ont érigés en véritable réussite. Sorti sur les écrans en 1991, le dessin animé éponyme des studios Disney fut un énorme carton et fit beaucoup pour la sacralisation du film d’animation comme film à part entière. Il est donc parfaitement logique que cette nouvelle version reprenne l’essentiel de ce qui fit du dessin animé un fleuron du genre. Car si La Belle et la Bête version 2017 est plus un copié collé qu’une réelle réinvention cela n’enlève rien au charme intemporel du conte, ni au plaisir enthousiasmant que la partie musicale parvient à générer. Si il est clair que La Belle et la Bête de Disney fut une date du film d’animation, ce fut également un triomphe à Broadway, puis de par le monde mais cela ne présageait en rien du fait que la version live conserverait la fraicheur, la spontanéité et l’allant de ses modèles.

Que ceux qui craignaient de ne pas retrouver la magie initiale soient rassurés: Tout ce qui faisait le sel de l’original est de retour et les mélodies d’Alan Menken conservent tout leur pouvoir, étendu aux quelques nouvelles chansons crées pour l’occasion. Par ailleurs c’est un casting de premier ordre et qui sied à merveille aux rôles qui leur sont assignés qui préside aux destinés du film. D’une Emma Watson radieuse et virevoltante en passant par un Luke Evans excellent en retors Gaston ou par le parfait Josh Gad qui campe un Le Fou qui ralliera tous les suffrages voire un Kevin Kline impecable en papa de Belle, ils sont tous animés par une belle énergie qui traverse l’écran. Quand à la Bête, personnage prépondérant si il en est, Dan Stevens parvient à lui donner une réelle incarnation ce qui n’était guère évident de prime abord. Même les comédiens qui incarnent les objets qui prennent vie confèrent à leurs personnages un charme fou bien aidés par des effets visuels souvent bluffants. Un léger bémol toutefois, sur une photo souvent sombre qui atténue le sentiment enchanteur qui nous saisit à intervalles réguliers.

A lire aussi : Le premier personnage gay de Disney est…

Avec La Belle et La Bête, Bill Condon prouve malgré tout que l’on peut se calquer sur un modèle animé et avoir son propre ton et sa propre identité. Sa mise en scène ample et élégante impulse le rythme nécessaire pour que l’on ne s’ennuie jamais et la générosité de la réalisation compense les quelques faiblesses qui émergent parfois comme le fait qu’aucune réelle surprise ne vienne nous happer durant la projection.

Bénéficiant d’une production design de toute beauté, enthousiasmant par moments par son pouvoir évocateur et par la grâce de chansons merveilleuses, impeccablement interprété, cette nouvelle live-version se hisse à la hauteur de l’évènement et devrait fédérer un large public qui y trouvera son compte.

La Belle et la Bête de Bill Condon – En salles le 22 mars 217

About author

Journaliste pôle séries et La Loi des Séries, d'Amicalement Vôtre à Côte Ouest, de Hill Street Blues à Ray Donovan en passant par New york Unité Spéciale, Engrenages, Une famille formidable ou 24, la passion n'a pas d'âge! Liste non exhaustive, disponible sur demande!
Related posts
À la uneActualitéBuzzFrance

Aides Covid : L'influenceur PA7 soupçonné d'avoir détourné plusieurs millions d'euros

À la uneInternationalPolitique

Comment se déroulent les élections législatives en Allemagne ?

À la uneSéries Tv

On débriefe pour vous ... le pilote de Ash vs Evil Dead disponible sur Netflix

À la uneActualitéSanté

Covid-19 : La France met les bouchées doubles en dons de vaccins

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux