Après l’Inde et les États-Unis, le média français de vidéos Brut présent uniquement sur les réseaux sociaux, a de nouvelles ambitions : une version britannique et une implantation dans le monde hispanique, a annoncé la direction du groupe au journal Le Monde ce vendredi 25 mai.

Le média Brut, lancé en novembre 2016, devrait être rentable fin 2018 d’après les mots de son cofondateur Guillaume Lacroix. Ce dernier à également confié au journal Le Monde que leur « objectif était qu’au bout d’un an, nous fassions 20 millions de vues par mois. C’est ce qu’on a fait durant notre premier mois d’existence ». Le groupe revendique aujourd’hui 400 millions de vues mensuelles. Le modèle de brut est un succès : parler de politique aux jeunes, directement sur leurs réseaux sociaux, sous un format de vidéos percutantes.

Brut est disponible sur tous les réseaux sociaux

« Leader mondial de l’information sur les réseaux sociaux à l’horizon 2020 »

Ce que veulent Guillaume Lacroix (passé par TF1), Renaud Le Van Kim (passé par la direction de Canal+) et Laurent Lucas (passé par « Le Petit Journal »), le trio fondateur de Brut, c’est  « devenir le leader mondial de l’information sur les réseaux sociaux à l’horizon 2020 ». Top 3 américain et leader en France, ce « groupe » de soixante salariés cherche à « toucher un public jeune qui a déserté les médias traditionnels, pour notamment les pousser à aller vers des quotidiens, des chaînes de télévision et des magazines » explique Guillaume Lacroix.

À lire aussi : VL | Qui sommes-nous ?

Nouvelle version britannique et implantation hispanique

La rentabilité de Brut attire les investissements. « Nous nous apprêtons à lever 10 millions d’euros » à déclaré Guillaume Lacroix le vendredi 25 mai, tout en refusant de dévoiler les noms des futurs actionnaires. Mieux connaitre les audiences et se développer à l’international, voilà les ambitions de Brut. Après l’Inde et les États-Unis, une version britannique arrive, et le groupe réfléchi à une implantation hispanique, que ce soit en Espagne ou en Amérique latine, toujours dans l’idée de devenir leader mondial de l’information sur les réseaux sociaux.