Mardi, le tribunal de l’enclave espagnole de Ceuta a condamné à une amende de 92 euros le père de l’enfant qui avait été retrouvé dans une valise.

Ali Ouattara, le père de « l’enfant de la valise » a été condamné mardi à une amende de 92 euros. Son fils avait passé la frontière sud de l’Europe dans une valise.

Pour rappel, le 7 mai 2015, à un poste de frontière de Ceuta au Maroc, un bagage transporté par une jeune fille marocaine avait été passé au scanner.

Lors de cette vérification, les gardes civils ont aperçu la silhouette d’un enfant recroquevillé en position fœtale.

Initialement, le parquet réclamait trois ans de prison à l’encontre du père de 45 ans.

« On avait mis en danger la vie de l’enfant, recroquevillé d’une façon inhumaine dans une très petite valise sans ventilation », a expliqué le président du tribunal Fernando Teso.

A la fin de l’audience, le procureur n’a requis qu’une amende de 224 euros puisqu’il n’avait pas été prouvé qu’Ali Ouattara « savait de quelle façon son fils allait être introduit dans le pays. »

Tenant compte du fait que le père avait passé un mois en détention provisoire, les juges ont donc condamné le prévenu à 92 euros d’amende.

Cette décision a été prise en écoutant le récit de l’enfant Adou. Le jeune garçon de 10 ans a admis qu’il « respirait mal » dans la valise. Il n’a néanmoins rien reproché à son père. Ce dernier lui avait dit qu’il passerait la frontière en voiture.

te

Ali Ouattara, père de l’enfant, a été auditionné mardi 20 février 2018.

Le père ivoirien du garçon a expliqué qu’il avait payé 5 000 euros un réseau de passeurs pour faire venir son fils en Espagne.

Il avait pu faire venir sa femme et sa fille mais pas son fils, la justice espagnole ayant estimé que son salaire de 1 300 euros mensuel n’était pas suffisant.

La jeune Marocaine qui a transporté le bagage est toujours recherchée par la justice. Le parquet réclame 6 ans de prison contre elle.

A lire aussi : A Singapour, le gouvernement reverse de l’argent à ses citoyens