À la uneMusique

4 artistes découverts au Printemps de Bourges

Premier festival de la saison, le Printemps de Bourges a pour caractéristique de mettre en lumière de jeunes artistes émergents. Pour sa 48ème édition qui s’est déroulée du 23 au 28 avril dernier, le Printemps de Bourges a ainsi permis à de nombreux talents encore dans l’ombre, de se produire sous le feu des projecteurs berrichons. Nous avons eu l’occasion de rencontrer 4 d’entre eux.

Les iNOUïS, dispositif historique de mise en lumière des jeunes artistes

Depuis sa première édition en 1977, le Printemps de Bourges a toujours cherché à valoriser les artistes émergents. Cette particularité fait partie intégrante de l’ADN du festival. Le dispositif des iNOUïS en est la principale incarnation. Le principe : 33 artistes sélectionnés par des professionnels sur tout le territoire français, sont amenés à se produire sur une scène dédiée, le 22 Est&Ouest. Ces représentations font partie intégrante du programme officiel du Printemps de Bourges, et permettent aux artistes sélectionnés de jouer devant un public de festivaliers, mais aussi de professionnels et de journalistes à l’affût des têtes d’affiche de demain. Anaysa et le groupe Jungle Sauce en faisaient cette année partie. Le dispositif des iNOUïS participe ainsi, de par sa notoriété grandissante, au rayonnement du festival.

Les sons du triangle : une nouvelle scène pour toujours plus de découvertes

Au-delà de la mythique scène du W qui voit chaque année se produire des artistes de renom (cette année, la scène rap était particulièrement mise à l’honneur avec des artistes comme Josman, Niska, PLK ou encore Bianca Costa), le Printemps de Bourges valorise également des artistes nettement moins connus. Et en plus du dispositif des iNOUïS, le festival propose d’années en années de nouvelles manières de mettre en avant les étoiles montantes du monde de la musique. Depuis l’année dernière, une nouvelle scène a ainsi vu le jour : les sons du Triangle. Nichée en plein cœur de l’espace pro, cette petite scène, non accessible aux festivaliers, a permis de faire découvrir aux professionnels et aux journalistes accrédités d’autres artistes émergents n’appartenant pas à la sélection des iNOUïS. Parmi eux, des « spécimens canadiens » tels que Bibi Club ou Goodbye Karelle.

En attendant la prochaine édition du Printemps de Bourges qui aura lieu du 15 au 20 avril 2025, nous avons pu échanger avec Jungle Saulce et Anaysa qui font partie de la sélection des iNOUïS, ainsi qu’avec des « spécimens canadiens » : Bibi Club et Goodbye Karelle. L’occasion de vous les faire découvrir à travers leurs inspirations, leurs goûts et leurs meilleures anecdotes.

About author

Journaliste / JRI
Related posts
ActualitéMusiqueSorties

De quand date la fête de la musique ?

À la uneCinémaSéries Tv

Yellowstone : quand Kevin Costner va-t-il enfin revenir dans la série ?

À la uneFrancePolitique

Pour qui votent les principaux influenceurs français ?

À la uneFrancePolitique

« Changer de sexe en mairie », quelle est cette mesure du Front populaire critiquée par Macron ? 

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux