ActualitéCinéma

5 dates clés dans la carrière d’Adèle Exarchopoulos

L’actrice de bientôt 30 ans s’illustre dans un nouveau film qui parle de justice restaurative, retour sur la carrière de cette actrice si talentueuse

2006 : Premier long métrage sous l’oeil de Jane Birkin

Alors que la jeune Adèle prenait à l’époque des cours d’improvisation rue Lepic, une directrice de casting vient assister au cours et choisit la jeune actrice pour passer une audition pour un long métrage. La directrice de casting pour le film Le Cou de la girafe, ne retiendra finalement pas sa candidature. Cependant la vidéo en question circule dans les agences artistiques. Et toc ! C’est ainsi qu’elle se fait repérer en 2006 pour le film de Jane Birkin Boxes , l’actrice n’a alors que 13 ans.

Affiche du film Boxes de Jane Birkin

2013 : La vie d’Adèle, la révélation

Une actrice au charme candide, sensible et vraie, la jeune actrice livre une performance saisissante aux côtés de la grande Léa Seydoux. Le réalisateur Abdelatif Kechiche n’avait pas hésité à pousser les actrices dans leurs retranchements, certains y ont vu une perversion ténue quand d’autres y ont vu un chef d’oeuvre réaliste. Quoi qu’il en soit ce film polémique a remporté la palme d’or en 2013, il a propulsé la carrière d’Adèle Exarchopoulos sur le devant de la scène. Outre le fait qu’on décèle une actrice d’une sensibilité et d’une émotion rare, ce film a notamment participer à libérer la parole sur l’homosexualité féminine. Bien qu’outrancier, ce film restera dans les annales. Il est dit que l’actrice avait été choisie par Abdelatif Kechiche quand il l’a vu manger une tarte au citron, d’où la répétition de scènes où elle mange dans le film. Elle remporte pour ce rôle le meilleur espoir féminin aux César 2014.

2015 : Les anarchistes, premier film d’époque

Dans ce film d’Elie Wajeman, Adèle Exarchopoulos joue le rôle d’une jeune femme engagée dans le mouvement anarchiste français du début du 20ème siècle. Ce film d’époque l’installe dans un univers auquel elle ne s’est jamais confrontée, elle donne la réplique à Tahar Rami, le grand acteur d’un Prophète ainsi que d’autres grands acteurs comme Swan Arnaud. Pour ce film, son interprétation a été saluée par la critique, le personnage qu’elle joue est à la fois passionné, idéaliste et vulnérable, et l’actrice parvient à exprimer toutes ces facettes avec subtilité et profondeur. Elle incarne une jeune femme qui lutte pour ses convictions et sa liberté, dans une société patriarcale et oppressive. Son interprétation avait été particulièrement remarquée par la critique.

2016 : The Last Face, l’expérience américaine

L’actrice a raconté sa rencontre avec Sean Penn lors d’une interview. Celle-ci se rendait à Los Angeles pour recevoir un prix pour le fameux film La vie d’Adèle, lorsque qu’elle arrive dans son hôtel, Sean Penn demande à la voir tout de suite et lui montre son scénario en bas de l’hôtel alors qu’elle est en jogging. Le projet fonctionne et elle se retrouve aux côtés de Charlize Theron et Javier Bardem pour ce film de guerre au Liberia. Cette expérience l’a marqué et bien que le film fut jugé assez prétentieux et le jeu de l’actrice assez faible, le film l’a fait encore lus connaitre auprès du public américain et cela lui a permis de découvrir le professionnalisme hollywoodien ou « tout est anticipé », afin que les acteurs puisse travailler le mieux possible.

Javier Bardem et Adèle Exarchopoulos dans The Last Face (2016)

2020 : Mandibules, l’autre facette de son jeu

Adèle Exarchopoulos s’est fait connaitre grâce à ses rôles dramatiques, mais l’actrice a plus de ressources que cela. Elle se révèle très forte et très à l’aise dans le registre de la comédie. En effet, 2020 marque le début de sa collaboration avec Quentin Dupieux, réalisateur connu pour son humour absurde et très décalé que l’actrice cerne parfaitement. Dans Mandibules, elle livre une performance remarquable aux côtés des membres du Palmashow. C’est durant cette même année qu’elle joue dans la série comique La Flamme de Jonathan Cohen, où elle n’hésite pas à jouer la carte de l’auto-dérision et du lâcher prise total. Enfin elle a également joué en 2022 dans le dernier film de Quentin Dupieux Fumer fait tousser, qui est un petit bijou d’humour et d’originalité où elle apporte une vraie valeur ajoutée au film.

A lire aussi : “Je verrai toujours vos visages” : c’est quoi la “justice restaurative” ?

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéFrancePolitique

Européennes 2024 : sur quels sujets les députés européens agissent dans la vie quotidienne ?

ActualitéVoyages

Que voir en Égypte pendant les vacances ?

À la uneCinémaCulture

#TouchepasamaVF : pourquoi les comédiens(nes) du doublage se mobilisent ?

À la uneCinéma

5 choses à savoir sur Horizon, le nouveau projet de Kevin Costner

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux