Depuis son lancement en 2013 en France, on entend un peu tout et n’importe quoi sur le géant américain Netflix. Des faits répétés qui deviennent comme des éléments de langage dans sa communication. Petit tour d’horizon.

Netflix séduit de plus en plus de monde et atteint en ce mois d’avril les 125 millions d’abonnés dans le monde, dont 7.4 millions pour la simple période allant de janvier à mars 2018. C’est un des rares chiffres que l’on connaît vraiment sur le géant américain qui ne communique pas ou peu sur ses audiences. Pour y parvenir, il s’est doté d’une communication agressive (qu’il n’est d’ailleurs pas le seul à avoir expérimenté, on se souvient du slogan « ce n’est pas de la télé, c’est HBO« ) qui n’hésite pas à jouer avec les contre-vérités, voire carrément les mensonges. Mais cette communication est si puissante que ce que Netflix dit a valeur de vérité universelle.

1 / « Netflix a révolutionné la diffusion des séries en proposant toutes les épisodes des séries d’un coup« 

Oui … et non. Il est certains que si on compare avec les autres « chaînes de télévision américaine », Netflix a proposé un mode de diffusion nouveau, rompant avec le traditionnel « 1 épisode par semaine » pour offrir tous les épisodes d’un coup. Le spectateur d’aujourd’hui aime se faire sa propre programmation, à son propre rythme. Mais est-ce vraiment nouveau ?
Pour avoir un élément de réponse, il suffit de regarder ce qu’était Netflix au départ : un vidéo club. On pouvait louer des DVD que l’on recevait chez soit et que l’on retournait une fois terminé. Tout ça pour dire que Netflix a fait ce que l’on fait depuis des années d’abord avec les cassettes vidéo, puis avec les DVD c’est à dire « s’enfiler » des épisodes à la suite. D’ailleurs, nos chaînes de télévision françaises le font aussi depuis très longtemps en enchaînant les épisodes de séries dans une même soirée. Et ça existait avant Netflix… « Quoi, Netflix n’a pas inventé le binge-watching ?« . Et non désolé, elle l’a « seulement » rendu hyper tendance ce qui est déjà très bien.

2 / « On n’a pas besoin d’attendre le prochain épisode, ils sont tous proposés d’un coup« 

C’est vrai mais seulement pour certaines séries. Pour ses séries « maison », Netflix propose effectivement tous les épisodes dès le jour de leur sortie. Vous êtes libres alors de tout regarder en un week-end ou bien d’attendre. C’est aussi le cas pour les séries dont Netflix achète des droits de diffusion et qui sont terminées. Là aussi, pas besoin d’attente, vous avez tout à disposition. Mais comme toutes les chaînes dans le monde, Netflix est aussi un diffuseur de contenus en « US+24 ». Elle est donc de fait tributaire du mode de diffusion de la chaîne à qui elle achète ces séries. Elle en propose alors un épisode par semaine, sur le modèle de diffusion des grandes chaînes américaines depuis le début des années 50. Ce n’est pas un volonté de Netflix de « préserver votre suspense« , c’est juste ce qui se fait en télé depuis … tout le temps et c’est aussi un peu la raison d’être des séries : créer la frustration chez le spectateur. Si on veut être un peu cynique avec eux, on dira surtout … qu’ils n’ont pas le choix. Pour vous proposer Riverdale, Designated Survivor ou Star Trek en US+24, elle doit se conformer à la chaîne d’origine. Aussi simple que ça.

3 / « Tu as vu la nouvelle série de Netflix, Riverdale«  ?

Aussi puissant soit Netflix, le géant américain n’est pas un « surhomme » pour autant. La plate-forme possède des milliards de dollars mais ALERTE SCOOP : elle n’est pas à l’origine de toutes les séries qui passent à la télévision. Elle en achète même beaucoup, comme le font les chaînes du monde entier. Mais « pour vendre » ses achats à ses abonnés, Netflix utilise le très beau label mensonger « série originale Netflix » (qui rappelle pour nous français la « Création Originale » Canal+). Accolé à toutes les séries de la plate-forme, il tend à faire de ces séries des œuvres de Netflix et non des achats. Un peu comme si TF1 pour annoncer l’arrivée de L’arme fatale, disait « TF1 vous propose sa nouvelle série originale, L’arme fatale« . Ça ferait rire tout le monde. Mais avec Netflix, personne ne s’en préoccupe. C’est même entré dans le langage de tout à chacun. On peut mettre au défi le spectateur lambda de faire la différence en y arrivant entre série originale (comme House of Cards, Marseille, …) et achats (Riverdale, Dynasty, Designated Survivor, …).

Nos séries françaises en font aussi les frais : à l’étranger, personne ne sait quelle chaîne a initié Le chalet ou Dix pour cent (et ça ne fait pas plaisir aux chaînes françaises de se voir déposséder de leurs création). Mais que faire pour les distributeurs face à la perspective d’être diffusé dans le monde entier ?
Comme souvent, ce que dit Netflix doit être vrai n’est ce pas ? Ainsi on peut déjà lire « Le chalet fait déjà partie des gros succès sur Netflix« . Mais sur quoi cela repose puisqu’on ne connaît pas ses audiences ? C’est sans doute ça que l’on appelle « parole d’évangile » …

4 / « Netflix produit ses séries« 

C’est un sujet plus technique et qui en réalité n’intéresse que très peu les spectateurs qui regardent le dernier épisode de La casa de papel ou de La fête à la maison. Juste pour vou expliquer : à de très rares exceptions, Netflix passe par des sociétés de production extérieures pour faire ses séries.
Pour faire simple, dans le cas d’un « achat » comme avec Riverdale, Netflix donne de l’argent pour diffuser la série ce qui permet aux producteurs de rentabiliser l’investissement que la diffusion seule sur la chaîne d’origine (ici la CW) ne suffit pas (comme TF1 achète Grey’s Anatomy). Dans le cas d’une série originale, Netflix participe en amont du projet à son financement  pour en être le premier diffuseur (comme TF1 ou France 2 avec leurs séries maison). C’est ce qui explique pourquoi Netflix, à son arrivée en France, n’avait pas House of Cards. La série était produite par une société de production qui avait un accord avec Canal+ signé avant l’arrivée en France de Netflix.

5 / « Netflix c’est génial« 

Oui bien sûr c’est génial Netflix. La plate-forme permet à plus de 125 millions de personnes dans le monde d’avoir accès à une quantité astronomique de programmes de manière légale. C’est aussi une possibilité incroyable pour des tonnes de séries d’être vues dans le monde entier et pour nous spectateurs, de découvrir des petites pépites que l’on aurait sans doute eu moins de chance de voir par le passé. C’est aussi un nouvel acteur de créations de séries, une nouvelle perspective pour les auteurs de créer. Oui Netflix c’est génial mais le géant du streaming n’a pas pour autant « révolutionné les séries » comme on le dit souvent. Ses « séries originales » ne sont pas mieux que celles proposées par HBO, AMC ou encore Showtime. Netflix s’est engouffré dans un système déjà largement initié par d’autres chaînes. Comme d’autres, elle initie des petites pépites comme 13 reasons why ou encore Dark, et se plante comme avec Hemlock Grove , La fête à la maison ou Marseille.
Autant on pouvait comprendre cet excès de com’ à ses débuts pour se lancer, autant aujourd’hui, sa réputation est faite et ça ne rime plus à grand chose …

D’autres idées reçues sur les séries ? Rendez-vous dans l’ouvrage Séries Anatomy signé Alain Carrazé et Romain Nigita (Fantask)