ActualitéCultureMusique

5 éléments pour comprendre qui étaient les « Sex Pistols »

Un documentaire sur les Sex Pistols arrive bientôt sur Disney + France. Déjà disponible depuis quelques jours dans le reste du monde, c’est l’occasion de revenir sur la carrière du groupe. Voici 5 éléments pour comprendre qui étaient les Sex Pistols

Difficultés à trouver une formation stable

Depuis ses origines, le groupe des Sex Pistols a beaucoup évolué. En 1972, le groupe se nomme The Strand. Il est composé de 2 guitaristes, Wally Nightingale et Steve Jones qui s’occupe aussi du chant et de Paul Cook à la batterie. A la recherche d’un batteur, McLaren, qui deviendra leur manager, leur présente Glen Matlock, qui intègre le groupe. En 1975, Wally Nightingale est viré et le groupe cherche un nouveau chanteur. C’est John Lyndon, rebaptisé Johnny Rotten, qui est choisi, repéré pour son image.

. Un journaliste, Nick Kent, joue régulièrement avec la bande de Jones mais quitte finalement la formation à cause de l’arrivée du nouveau chanteur. Soucieux de trouver quelqu’un pour soutenir Jones à la guitare, Cook recrute Steve New, mais celui-ci quitte les Sex Pistols quelques semaines après son arrivée. Enfin, Glen Matlock sera remplacé par Sid Vicious en 1977. C’est donc un quatuor qui aura connu… 8 membres différents.

Attitude violente et provocatrice

Au-delà du fait qu’ils aient marqué le punk, les Sex Pistols sont connus pour leur attitude. Ils incarnent l’anarchie. Pour leur premier concert, les Sex Pistols se retrouvent sans électricité. Et pour cause, un spectateur horrifié par la musique, leur à couper pendant la prestation. Début 1976, la bande de Jones se produit dans le Marquee. Rotten s’embrouille avec les membres du groupe d’Eddie ans the Hot Rods mais aussi avec le public.

Le 1er décembre 1976 sont invités sur la chaine Thames Television pour remplacer Queen, qui n’a pas pu se déplacer. Les musiciens sont ivres sur le plateau et l’émission tourne au fiasco. Steve Jones insulte copieusement le présentateur Bill Grundy. Ses mots choquent et EMI, leur maison de disque de l’époque, menace de rompre leur contrat. Leur tournée est un fiasco : la majorité des salles empêchent le groupe de se produire après ce scandale. En 1977, EMI programme de nouveaux concerts. L’attitude des musiciens à l’aéroport est désastreuse et EMI rompt officiellement son contrat avec le groupe.

Le bal des maisons de disque

3 mois après leur rupture de contrat avec EMI, les Sex Pistols signent un nouveau contrat avec A&M Records le 10 mars 1977. Ils retournent fêter cette signature à leurs bureaux. Mais encore une fois, le comportement des musiciens dans les nouveaux locaux de la maison de disque fait scandale. A&M Records rompt son contrat avec le groupe… 10 jours après la signature ! En avril, ils signent avec Virgin Records. Un mois plus tard, ils sortent leur tube le plus polémique, God Save the Queen.

God Save the Queen, l’apogée du scandale

Le 27 mai 1977, à l’approche du jour du jubilé de la Reine, Sex Pistols sort son deuxième single : God Save the Queen. Titre repris directement à l’hymne national britannique, il fait scandale et est considéré comme une attaque envers la couronne. Le titre est interdit par la BBC et par l’Independent Broadcasting Authority. Privé de toute exposition médiatique, il culmine pourtant à la 1ère place du hit-parade officieux du New Musical Express. Sur la pochette du single, la Reine Elizabeth II est obstruée par le titre et le nom du groupe. Choqués, les copistes chargés de l’imprimer ont un temps arrêter leur travail. Le groupe est interdit de concert en Angleterre mais procède tout de même à une tournée clandestine. Ils sont alors au sommet de leur art et de leur succès.

God save the Queen

A fascist regime

They made you a moron

Potential H-bomb

God save the Queen

She ain’t no human being

There is no future

In England’s dreaming

God Save the queen, sex pistols, 1977

Une fin à l’image de leur carrière

La carrière du groupe prend fin pendant la tournée aux Etats-Unis à l’automne 1977. La salle est trop grande et Johnny Rotten est auteur d’une prestation chaotique. Il quitte le groupe. De son côté, Sid Vicious est manipulé par Nancy Spungen, une groupie aux problèmes émotionnels sérieux. Il devient addict à la drogue et s’éloigne progressivement des autres membres des Sex Pistols. Il est accusé du meurtre de la jeune femme en 1978 et tente une première fois de se suicider à sa sortie de prison. Début février 1979, pour fêter sa deuxième sortie de prison après une bagarre, il est retrouvé mort d’une overdose. Depuis, les 4 membres originels des Sex Pistols se sont réunis pour quelques concert. Malgré une carrière de 3 ans, le groupe est considéré comme le plus grand groupe de punk de l’histoire.

YouTube video

A lire aussi : Retour sur 10 titres cultes de Bon Jovi

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéFootSport

Milan AC et l’Inter Milan : une rivalité historique 

À la uneMédiasMusiqueSport

Euro 2024 : quel groupe de musique choisi par TF1 ?

ActualitéEquitationSport

Comment faire du cheval pendant ses vacances ?

ActualitéFranceHistoire

Comment la Nouvelle-Calédonie est devenue française ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux