ActualitéLittératurePop & Geek

5 éléments pour comprendre … qui était Tolkien, l’auteur du Seigneur des anneaux 

J. R. R. Tolkien est un célèbre écrivain, poète et professeur d’université. Il est notamment connu pour ses romans fantastiques Le Hobbit et Le Seigneur des anneauxOn commémore en 2023 les 50 ans de sa disparition !

Une enfance mouvementée

J. R. R. Tolkien est né en Afrique du Sud. Il est l’aîné de la famille. Ses parents, originaires de l’Angleterre, ont quitté le pays suite à la promotion du père du futur écrivain, Arthur Reuel Tolkien. Seulement 4 ans après leur déménagement, la mère de Tolkien et ses enfants décident de retourner dans leur pays d’origine. La mère de famille ne supporte pas le climat de l’Afrique. Le père de Tolkien devait les rejoindre plus tard, mais ce dernier meurt avant. À l’époque, Tolkien n’a que 4 ans. Lui et sa famille s’installent chez ses grands-parents maternels à Birmingham dans le quartier de Sarehole. Il va s’inspirer de ce lieu lors de l’écriture de ses romans. 

Parcours de vie 

Tolkien fait ses études à la King Edward’s School, une école privée prestigieuse à Birmingham. C’est là qu’il s’intéresse à la philologie, l’étude d’une langue et de sa littérature à partir de documents écrits. En 1910, le futur écrivain obtient une bourse à l’université d’Oxford où il étudie la littérature antique puis anglaise. Dès que la Première Guerre mondiale commence, Tolkien s’entraîne avec des étudiants au commandement militaire. En parallèle, il obtient son diplôme juste avant de partir au front. 

Pendant la guerre, il est victime de la fièvre des tranchées, une maladie transmise par les poux. Il est donc renvoyé en Angleterre. Il est renvoyé en Angleterre où il reste à l’hôpital. Durant sa convalescence, Tolkien écrit La Chute de Gondolin, le premier texte dans lequel on entend parler de la Terre du Milieu. La fameuse Terre que l’on retrouvera plus tard dans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux

Son amour des langues lui vient de sa mère. Cette dernière lui enseigne très jeune l’allemand, le latin et le français. À la sortie de la guerre, Tolkien travaille pour l’Oxford English Dictionary. Il est en même temps tuteur dans plusieurs universités. En 1924, il devient professeur de littérature anglaise à l’université de Leeds. Il publie le lexique A Middle English Vocabulary considéré comme une référence académique. 

Seulement 1 an après, Tolkien retourne à Oxford où il enseigne le vieil anglais jusqu’en 1945. Puis, il donne des cours de littérature anglaise à Merton jusqu’à sa retraite. En parallèle de sa carrière de professeur universitaire, Tolkien se passionne pour la construction pure et simple de tout un vocabulaire imaginaire. Dans Le Seigneur des anneaux, on retrouve une dizaine de dialectes différents. Il aime les mots et créer des langues même si elles ne seront jamais utilisées dans la vie réelle. 

De l’homme à l’écrivain 

Pendant qu’il enseigne à Oxford, Tolkien commence à écrire Le Hobbit. Ce dernier est publié en 1937 grâce à une de ses étudiantes. Elle l’a convaincu de le faire paraître et l’a mis en relation avec la maison d’édition Allen & Unwin. Son premier roman fut un réel succès alors son éditeur lui demande d’écrire quelque chose de nouveau. Il faudra attendre 10 ans avant que Tolkien termine les trois volumes du Seigneur des anneaux. Ces derniers sont publiés entre 1954 et 1955. Comme pour Le Hobbit, c’est un très grand succès. Le Seigneur des anneaux devient le 2e roman le plus vendu au monde avec 150 millions d’exemplaires vendus. 

Influences de Tolkien

Lors de l’écriture de ses romans, Tolkien s’inspire de l’auteur William Morris et de son roman The House of the Wolfings. L’histoire de ce dernier se déroule dans la forêt de Mirkwood. L’auteur du Seigneur des anneaux a repris le même nom pour la forêt dans Le Hobbit. Il a aussi expliqué s’être inspiré des paysages de The House of the Wolfings pour construire ceux des marais des Morts dans Le Seigneur des anneaux.  

Un autre roman de Morris a inspiré Tolkien : La Source au bout du monde. Dans cette œuvre, on retrouve le personnage Gandolf, un roi maléfique. Le nom de ce personnage ressemble fortement à celui du magicien Gandalf dans Le Seigneur des Anneaux. Dans une lettre datant de 1968, Tolkien raconte un de ses voyages en Suisse. Ce voyage l’aurait inspirée pour l’écriture de ses romans fantastiques. Le sommet de Silberhorn dans les Alpes bernoises est la représentation réelle du Celebdil, un des trois sommets de la montagne dans Le Seigneur des anneaux. 

Le Seigneur des anneaux 

Au départ, Tolkien ne souhaitait pas remettre l’anneau magique vu dans The Hobbit dans son histoire, mais finalement, il a quand même choisi de le laisser. Cependant, il n’est plus le « gentil anneau » magique comme on l’interprète dans Le Hobbit. Cette fois, c’est le terrible anneau forgé par Sauron. L’écriture du roman n’a pas été simple pour l’auteur. Le 12 août 1944, il écrit à son fils Christopher que « toute inspiration pour [Le Seigneur des anneaux] s’est complètement tarie, et j’en suis au même point qu’au printemps, avec toute l’inertie à surmonter de nouveau. Quel soulagement ce serait d’en finir”. 

Tolkien ne termine son œuvre que 10 ans après. En effet, entre la Seconde Guerre mondiale, son rôle de professeur et les faux départs, il a fallu plus d’une décennie à Tolkien pour écrire les 3 volets du Seigneur des anneaux. Publié entre 1954 et 1955, le roman est traduit dans plus de 40 langues.

Entre 2001 et 2003, le réalisateur Peter Jackson adapte le roman en trois films. Le 2 septembre 2022, Amazon prime sort une nouvelle série : Les anneaux du Pouvoir. Elle est inspirée des romans de Tolkien. 

A lire aussi : Le seigneur des anneaux : qui sont les Orques dans l’œuvre de Tolkien ?

About author

Journaliste
Related posts
ActualitéCinéma

10 westerns iconiques de l’histoire du cinéma

ActualitéCinéma

10 dates 10 films dans la carrière de Donald Sutherland

ActualitéMusiqueSorties

De quand date la fête de la musique ?

ActualitéCinéma

On regarde ou pas ? Le comte de Monte-Cristo avec Pierre Niney

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux