ActualitéSéries Tv

5 raisons de voir… Ghosts, la plus drôle des maisons hantées

Ghosts revient sur Série Club avec sa quatrième saison ; on vous dit pourquoi il ne faut pas manquer cette  irrésistible comédie britannique. 

C’est quoi, Ghosts (Saison 4) ? Alison (Charlotte Richie) et Mike (Kiell Smith-Bynoe) ont enfin concrétisé leur projet et ont transformé leur manoir de Button House en maison d’hôtes.  Ils ne ménagent pas leurs efforts pour accueillir leurs premiers clients, craignant les mauvaises critiques sur internet… mais aussi la réaction de leurs colocataires. A savoir la petite bande de fantômes qui hantent la demeure. Certains, comme Lady Button et Julian, font de leur mieux pour que les clients soient satisfaits ; d’autres, à l’instar du capitaine, sont déstabilisés par ce changement dans la routine quotidienne.

YouTube video

Une équipe qui a fait ses preuves

Il y a des séries qui ont indéniablement une saveur britannique, en particulier dans le domaine de la comédie. Et c’est le cas de Ghosts, dont la quatrième saison arrive à partir du 27 Mars sur Série Club. Cette sitcom de la BBC a été créée par la troupe d’acteurs à qui l’on doit déjà Horrible Histories et Yonderland, deux comédies déjantées, inconnues car inédites chez nous mais qui ont connu un gros succès de l’autre côté de la Manche. Matthew Baynton, Simon Farnaby, Jim Howick, Martha Howe-Douglas, Laurence Rickard et Ben Willbond ont donc imaginé Ghosts, écrivent tous les épisodes et interprètent les fantômes qui donnent son titre à la série. 

Une histoire à l’excentricité so british

Ghosts commence lorsque Alison hérite du manoir de Button Hall, une grande demeure imposante mais délabrée dans la campagne anglaise qui appartenait à une parente éloignée. Avec son compagnon Mike, la jeune femme décide de s’y installer et d’en faire une maison d’hôtes. Or, cette idée est loin d’enchanter les autres habitants de la demeure : des fantômes, déterminés à faire fuir ces deux intrus. Jusqu’au moment où, suite à un concours de circonstances, Alison peut les voir, les entendre et leur parler, comme elle le ferait avec n’importe quelle personne (vivante). Commence alors une cohabitation insolite, chacun s’habituant peu à peu à la présence des autres et une relation d’amitié se construisant même entre les fantômes et Alison. Et avec Mike – même si, lui, ne perçoit absolument pas la présence de ces colocataires particuliers.  

Des personnages inénarrables

L’une des grandes forces de Ghosts, ce sont ses personnages. Outre le couple formé par Alison et Mike dont la relation empreinte de tendresse et de confiance est délicieuse, ce sont surtout les fantômes qui donnent à Ghosts tout son… esprit. Il y en a une multitude dans la propriété, mais c’est un petit groupe qui est au centre de l’histoire. Nous avons Thomas (Matthew Baynton), un poète romantique du XIXe siècle fou amoureux de Alison, ; Julian (Simon Farnaby), un député britannique des années 1990 mort lors d’ébats sexuels et qui se promène en caleçon pour l’éternité ; Kitty (Lolly Adefope), jeune noble naïve de l’époque géorgienne; Pat (Jim Howick), un chef scout décédé dans les années 1980 d’une flèche dans la jugulaire (elle y est toujours); le capitaine (Ben Willbond), un officier psychorigide de la Seconde Guerre mondiale ; Mary (Katy Wix), une sorcière brûlée sur le bûcher; Robin (Laurence Rickard), un homme des cavernes ; la tête et le corps de Humphrey (également joué par Laurence Rickard), décapité sous les Tudor; enfin Fanny Button (Martha Howe-Douglas), aristocrate snob et guindée de l’époque édouardienne qui… revit son décès toutes les nuits en se jetant par une fenêtre à deux heures du matin. 

A lire aussi : On regarde ou pas ? Prométhée, la série fantastique de TF1 (vl-media.fr)

Les fantômes de Ghosts vont vous faire mourir de rire

Un parfait mélange d’humour et d ‘émotions

Cette mosaïque de fantômes, tous coincés à Button House où ils sont morts à diverses époques dans des circonstances extravagantes, permet une avalanche de gags et de réparties hilarantes.  Leurs personnalités diverses engendrent déjà des échanges savoureux ; s’y ajoutent le choc des époques, les interactions avec Alison, des scènes loufoques qui reposent autant sur l’humour absurde que sur la situation elle-même ou les gags visuels. On rit énormément, que ce soit lorsque le Capitaine reste scotché devant les documentaires télévisés sur la deuxième guerre mondiale, lorsque Thomas poursuit désespérément Alison de ses assiduités, ou devant la stupéfaction de Mike qui est incapable de voir les fantômes mais subit néanmoins toutes les conséquences de leur présence. 

Mais en plus des aventures loufoques des fantômes dans le manoir, on nous dévoile au fil des épisodes leur passé et les circonstances de la mort de chacun d’entre eux. Sans jamais se départir de son ton de comédie,  la série esquisse alors quelques touches dramatiques et dessine derrière ces fantômes excentriques des âmes en peine, piégées dans un monde auquel elles n’appartiennent plus. Ainsi, le premier épisode de la quatrième saison (un épisode de Noël) est amusant mais surtout profondément touchant. Ghosts, c’est une de ses séries qui vous font rire aux éclats puis essuyer une petite larme… et rire à nouveau juste après.   

Une version US si vous en voulez encore

Il existe une autre version de Ghosts, puisque la série a été adaptée aux États-Unis sur CBS en 2021. Avec Rose McIver (IZombie) dans le rôle de Alison devenue Samantha, la sitcom revisitée à la sauce américaine est elle aussi un succès, au point qu’elle vient d’être renouvelée pour une troisième saison.  Il faut dire que, si le premier épisode est un copié-collé de celui de la série britannique qui perd beaucoup de sa saveur en traversant l’Atlantique, le Ghosts US réussit vite à s’en démarquer, à trouver un ton moins ironique et plus premier degré, et à s’approprier l’histoire. L’homme des cavernes devient un guerrier amérindien, le Capitaine est un soldat de la guerre d’indépendance obsédé par la comédie musicale Hamilton – ce qui permet à la série d’aborder des thèmes de l’Histoire américaine. Nous, on reste quand même davantage fan de la version originale, mais Ghosts US vaut quand même le coup d’œil.

Ghosts 
Saison 4 – 6 épisodes de 30′ environ.
Le 27 Mars sur Série Club.

About author

Traductrice et chroniqueuse, fille spirituelle de Tony Soprano et de Gemma Teller, Fanny Lombard Allegra a développé une addiction quasi-pathologique aux séries. Maîtrisant le maniement du glaive (grâce à Rome), capable de diagnostiquer un lupus (merci Dr House) et de combattre toutes les créatures surnaturelles (vive les frères Winchester), elle n'a toujours rien compris à la fin de Lost et souffre d'un syndrome de stress post-Breaking Bad
Related posts
ActualitéSéries Tv

On débriefe pour vous... Ripley, entre ombre et lumière (Netflix)

À la uneSéries Tv

"Erica" : Julie de Bona et Grégory Fitoussi réunis dans la série de TF1

ActualitéFranceSport

JO 2024: Comment sera gérée la billetterie ?

À la uneSéries Tv

La fièvre : l'incroyable twist de l'épisode 6

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux