À la uneActualitéCultureNon classé

A la folie ou pas du tout , UN POIS C’EST TOUT.

Le travail de Yayoi Kusama, artiste japonaise contemporaine ne peut laisser indifférent : soit sous le charme de son univers, soit complètement rebutés par son aspect inquiétant. Entre séduction et répulsion.

 

Yayoi Kusama, Dots Obsession, Infinity Mirrored Room, 1998 © Centre Pompidou, P. Migeat, Paris, 2011


 

Après une exposition à la Biennale de Lyon en 2003 , Le Centre Pompidou présente une rétrospective consacrée à Yayoi Kusama. À travers un choix de cent cinquante œuvres réalisées entre 1949 et 2010 du Japon à New- York en passant par un séjour psychiatrique , un hommage est ainsi rendu à une artiste atypique.

Tout commence par une vision hallucinatoire à l’âge de dix ans (selon la légende), le motif de pois d’une nappe vu comme se répétant de manière infinie dans la pièce. Son univers sera dorénavant, et jusqu’à aujourd’hui, peuplé de ce motif . L’artiste qualifie elle-même son travail d’obsessionnel, fondé sur la répétition et la multiplication des signes.

En 1960, elle lance son Manifeste de l’Oblitération, dans lequel elle annonce « Ma vie est un pois perdu parmi des millions d’autres pois… ».

A la fois peintre, photographe, réalisatrice , actrice de ses propres installations , elle a aussi abordé le monde de la mode et de la littérature.

 

Les installations mises en places à Pompidou permettent au spectateur de vivre des expériences formelles le plongeant dans des délires visuels kaléidoscopiques. Les grandes installations utilisant toute une pièce du sol au plafond, selon la technique du “all-over”, sont surprenantes de par leur intensité ; il s’agit presque d’une expérience psychédélique.

Cependant , il faut faire attention à ne pas tomber dans une lecture trop psychanalytique: la répétition des formes n’est pas tant un état hypnotique pour l’artiste mais plutôt sa perception du monde. À charge du spectateur de ne pas seulement voir dans ces formes répétitives et cette accumulation de formes proliférant dans l’espace, une démonstration du trouble de Yayoi kusama !

Yayoi Kusama sur son œuvre My flower Bed (1962) dans son atelier de New-York, en 1965.

 

Exposition du 10 octobre 2011 au 9 janvier 2012 , au centre Pompidou, Paris .

Louise Bavoux .

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSport

Pour Bound for Glory 2021, Impact Wrestling sort le grand jeu

À la uneInternational

Pourquoi ce regain de tension entre la Chine et Taïwan ?

À la uneActualitéFrance

Jean Castex annonce une "indemnité inflation" pour répondre à la hausse des prix

À la uneInternational

L'acteur Alec Baldwin tue "accidentellement" une personne lors d'un tournage

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux