À la uneSéries Tv

Adèle vs Camille (Profilage) : les jumeaux (diaboliques) dans les séries

Alors que le final de la saison 7 de Profilage approche, le face à face entre Adèle et Camille promet d’être épique. Et l’on revient sur ces histoires de jumeaux “diaboliques”.

Celles et ceux qui connaissent bien les soaps sont familiers de ces histoires de jumeaux diaboliques. C’est un ressort dramatique assez connu. En faisant revenir Camille, la sœur jumelle d’Adèle, de sa captivité en criminelle psychopathe, les auteures de Profilage ont réactivé cet effet narratif toujours très efficace. En incarnant tout à la fois un personnage “positif” et “négatif”, les comédiens peuvent alors montrer une large palette de jeux (quand ils sont bons bien entendus). Juliette Roudet n’est pas bonne à ce petit jeu, elle est remarquable. Ce qu’elle montre tout au long de la saison 7 et encore plus dans l’épisode final en deux parties (Les Elus), est prodigieux. Cette jeune femme a un jeu animal, félin, et terriblement intuitif qui lui fait faire des miracles (rarement l’auteur de ces lignes n’aura été à ce point fasciné et touché par le talent d’une comédienne). Faire des miracles avec une arche comme celle ci relève aussi du miracle car dans l’histoire du “jumeau / jumelle diabolique”, il y a des codes, des ficelles à activer.

Juliette Roudet est Adèle

Juliette Roudet est Adèle

Le jumeau diabolique, psychopathe, arrive toujours comme un nemesis à un personnage positif, une figure héroïque. Souvent, ce jumeau / cette jumelle agit en lieu et place de son frère / sa sœur dans le but de lui “pourrir” la vie. Soit consciemment (comme dans le cas de Adèle et Camille), soit inconsciemment en prenant sa place.

Prenons l’exemple d’un soap puisque l’élément y est quasiment présent dans tous.
Dans Days of our lives, la Princesse Gina, façonnée sous les traits de Hope, prend sa place à Salem.

Dans Sunset Beach, le stratagème est aussi utilisé. Ben Evans est le héros, beau gosse, ténébreux de la série. Il a de sombres secrets mais est au fond ultra bon. A la fin de la première année (1999), les épisodes de Noël rendent hommage aux slashers en emmenant nos héros sur une île où ils sont systématiquement refroidis par un tueur masqué qui se révèle être … Ben Evans. Tout du moins le croit-on. Car il s’agit en fait de Derek, son frère jumeau qui tue tous les amis de Ben et finira même par prendre sa place dans la vie de Meg, sa fiancée.

A lire aussi : Juliette Roudet dans Profilage

ben-evans

Les séries de prime time ont aussi utilisé cet arche. D’abord dans des soaps comme Dynastie où le personnage de Krystle est remplacée une saison durant par son “double”.
Mais les sitcoms n’ont pas oublié de s’en servir. Dans Friends, les auteurs se moquent précisément des soaps en donnant un frère jumeau au Dr Drake Ramoray que Joey campe dans…Des jours et des vies.

En 1996, Michael Easton (figure bien connue des soaps justement depuis quelques années) incarne le double rôle principe de la série Two. Dans cette série qui reprend les bases du Fugitif, un homme se retrouve accusé d’avoir tué sa femme…alors qu’elle a en réalité été assassinée par son frère jumeau dont il ignorait l’existence.


“Peu importe le flacon”, le type de série, et quelque soit le talent des comédiens, ces derniers doivent, par leur jeu donner des clés aux spectateurs pour identifier lequel on voit : le bon ou le mauvais. Cela peut passer par le jeu, un détail physique (le sens d’une mèche de cheveu par exemple), voir même l’accentuation d’un détail propre au jumeau positif. Dans Profilage, Adèle assez sombre mais apprend à s’ouvrir aux autres, à devenir lumineuse ; Camille elle ne laisse rien transparaître, ne sourit pas, est totalement fermée. Tant qu’elles sont ensembles, leur personnalité se maintient. Si l’une prend la place de l’autre, elle doit, par effet miroir, accentuer un trait de l’autre. Et Juliette Roudet, totalement imprégnée, habitée par ces deux rôles, sait parfaitement quelle ficelle activer pour jouer Adèle ou Camille.

Certes “facile”, le recourt au jumeau diabolique n’en demeure pas moins efficace. Et quand il ou elle est incarné(e) par un(e) comédien(ne) de talent, c’est même très jouissif. 

Crédits : TF1 / NBC

About author

Rédacteur en chef du pôle séries, animateur de La loi des séries et spécialiste de la fiction française
Related posts
ActualitéCultureSéries Tv

Demain nous appartient : La petite-fille d'une icône française rejoint le casting.

À la uneCinémaLa Loi des Séries

La tête dans le culte : Les Bronzés / Les dents de la mer (LLDS #297)

À la uneActualité

LREM : Agnès Thill exclue pour ses propos sur la PMA

À la uneActualité

Pourquoi il faut regarder The Seven Deadly Sins, le nouvel animé sur Netflix

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux