Covid19: Déplacements de 100 km à vol d’oiseau autorisés. Port du masque obligatoire dans les transports en commun pour les plus de 11 ans. Attestation de l’employeur pour circuler à l’heure de pointe dans les transports en Ile de France. Les dernières annonces pour le 11 mai à retrouver dans notre live et lepoint sur l'évolution de l'épidémie.

À la uneActualitéFrance

Alexandre Benalla et Vincent Crase remis en liberté

Après avoir été arrêtés la semaine dernière, Alexandre Benalla et Vincent Crase ont obtenu leur remise en liberté ce mardi. Pourquoi ont-ils été libérés aussi vite ? Que s’est-il passé au sein du parquet ?

Les deux hommes ont été arrêtés le 19 février dernier pour avoir interféré dans l’enquête les concernant quant à leurs agissements durant la manifestation du 1er mai 2018. “La cour d’appel de Paris a infirmé l’ordonnance de révocation du contrôle judiciaire et de placement en détention provisoire” a annoncé Maître Christian Saint-Palais, l’avocat de Vincent Crase. “Nous avons toujours considéré que cette incarcération était inopportune et non-juridiquement fondée, je me réjouis donc de cette décision” s’est-il félicité auprès de l’AFP.

Quant à l’avocate d’Alexandre Benalla, Maître Jacqueline Laffont, elle reste injoignable depuis la remise en liberté de son client. Mais l’on se rappelle du discours qu’elle avait tenu le jour de l’arrestation de M. Benalla : “Il n’a rien à faire en prison et chacun sait que, dans une autre affaire et pour des faits identiques, le (contrôle judiciaire) n’aurait jamais été révoqué.”

“On nous donne des extraits sonores dont on ne sait rien quant à l’origine, l’intégrité, l’authenticité.”

Les deux hommes sont mis en examen depuis le 22 juillet dans l’enquête sur les violences commises en marge du défilé du 1er mai à Paris. Ils devaient depuis lors suivre diverses obligations dans le cadre du contrôle judiciaire qui leur avait été imposé, à commencer par celle leur interdisant tout contact. Mais, le 31 janvier, Mediapart publiait des enregistrements clandestins d’une conversation entre les deux hommes, datant du 26 juillet. Ils ont été convoqués plus tard pour s’expliquer au tribunal de Paris devant les magistrats, qui ont ensuite saisi le juge des libertés et de la détention.

Related posts
À la uneInternational

Coronavirus : l'état d'urgence est levé dans tout le Japon

À la uneActualitéBrèvesCinéma

Justice League 2 ne devrait pas voir le jour

À la uneInsolitesociété

La question du jour : pourquoi ne peut-on pas voir dans le noir ?

À la uneCulture

Buffalo Bill, le symbole du Far-West ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux