L’intersyndicale (CFE-CGC, CGT, CFDT, FO) a réuni plusieurs centaines de salariés du groupe Alstom (dits « Alsthommes ») à faire la grève devant le siège de la société à Saint-Ouen aujourd’hui. Elle est organisé en réponse au projet de fermeture de l’usine Belfort, annoncé il y a peu.

La mobilisation des « Alsthommes »

Ainsi, plusieurs centaines de salariés d’Alstom, dont 300 de l’usine de Belfort, se sont réunis pour manifester ce mardi 27 septembre à Saint-Ouen. Les « Alsthommes », comme ils se désignent, étaient pour la plupart vêtus de leur vêtement de travail.

Crédits photo : France Bleu

Crédits photo : France Bleu

La plupart arboraient l’autocollant « Non à la fermeture », véritable leitmotiv de la manifestation.

Réunion au sommet le 04 octobre

Alors que le projet est gelé en attente du lancement du plan de sauvetage du gouvernement, la situation est tendue des deux côtés. Le point culminant de l’affaire semble être la réunion entre le groupe et le gouvernement le 04 octobre. D’après des responsables syndicaux, cette réunion au sommet devra statuer sur l’affaire.

Un gouvernement sur le fil

La grève tente de la sorte de peser de tout son poids dans les négociations, pour juguler au mieux cette coupure de postes historique (400 emplois sur 480 seraient supprimés) prévu pour dans deux ans. Cette décision n’est d’ailleurs probablement pas indifférente du rachat de 70% des parts d’Alstom par General Motors.

Crédit photo : Libération

Crédit photo : Libération

De plus, si Alstom prétexte être presser par le secteur, extrêmement compétitif ; du côté du gouvernement il s’agit d’un enjeu politique national. Il pâti d’une situation complexe, entre bien –être social et compétitivité accrue, d’autant plus que les délocalisations industrielles sont favorisées par les traités européens.

Crédit photo à la Une : Francetvinfo.fr