Amazon continue de tracer son chemin dans le domaine de la mode et pourrait bien finir par concurrencer les magasins d’habillement.

Depuis quelques années déjà, le géant du commerce en ligne multiplie les partenariats avec les grandes marques de prêt-à-porter. Mercredi 19 juillet, la collection de chaussures de Sarah Jessica Parker débarquait sur Amazon mode, en Europe. « Après avoir lancé ma collection avec Amazon aux Etats-Unis il y a presque un an, nous sommes impatients de présenter une splendide collection, créative et irrésistible, aux clients européens », se réjouit-elle.

De même, après des années de refus, Nike vient de signer un partenariat qui pourrait générer de 300 à 500 millions de dollars annuels de chiffre d’affaire.  « Ce n’est que le début. Au fur et à mesure que le projet va avancer nous allons voir avec eux [Amazon] si nous étendons le partenariat », a expliqué Trevor Edwards, responsable de Nike. La marque va proposer ses baskets, accessoires et vêtements sur la plateforme, à savoir ses produits de moyenne gamme.

Amazon fashion chaussure

La marque de Sarah Jessica Parker débarque sur Amazon mode, en Europe (© Amazon Fashion)

 

En effet, Amazon a plus de mal a convaincre les marques de luxe, à l’image de LVMH qui se refuse à tout partenariat. « Nous pensons que l’activité d’Amazon ne correspond pas à LVMH et à nos marques, point à la ligne. Il est hors de question de faire affaire avec eux pour le moment », expliquait l’année dernière Jean-Jacques Guiony, le directeur financier de LVMH.

Amazon propose donc pour l’instant des produits plutôt basiques, mais entend développer son offre pour s’élever en gamme. La plateforme tente ainsi d’améliorer son image dans le domaine de la mode, à travers l’achat de publicités dans les magazines de mode, ou par des sponsorings de fashion weeks.

« Essayer avant d’acheter »

Au-delà même de ces partenariats, Amazon développe de nouvelles fonctionnalités visant à rendre la plateforme plus attractive. La dernière en date ? Le nouveau service baptisé Prime Wardrobe, permettant d’ « essayer avant d’acheter ». En effet, les abonnés Prime d’Amazon pourront choisir et recevoir jusqu’à 15 articles. Le client ne payera alors que ceux qu’il garde. Pour Ike Boruchow, analyste chez Wells Fargo, ce programme « sonne le glas des grands magasins ».

Il faut dire que le géant du commerce en ligne ne cesse de séduire les enfants du millénaire, devenant même l’habilleur en ligne le plus populaire chez les Américains de 18 à 34 ans, représentant près de 17% de leurs dépenses de vêtements en ligne.