À la uneActualitéFrance

Un an ferme, pour la fausse victime du 13 novembre

Elle s’était fait passer pour une victime de l’attaque des terrasses, du 13 novembre 2015. Le Tribunal n’a pas apprécié : un an de prison ferme l’attend.

Mentir pour l’appât du gain coûte cher : le message délivré par la justice est clair. Une femme de 24 ans a été condamnée à une peine de prison ferme, pour escroquerie ainsi que tentative d’escroquerie, et en avoir tiré des avantages indûs. Elle s’était fait passer pour victime des attaques meurtrières de novembre 2015. Elle comparaissait aussi, pour exercice illégal de la pharmacie.

Fausse victime du Carillon

La jeune femme, comparaissait, ce lundi 21 novembre, devant le Tribunal Correctionnel de Versailles. Elle prétendait être une victime des attaques meurtrières de l’année dernière. Dans sa déposition de plainte, elle indique, d’abord, être au Carillon, le soir du 13 novembre. Elle poursuit, ensuite, en déclarant « avoir été soufflée par une explosion », ce qui l’a « gravement blessée à un bras ».

C’est ce dernier détail qui éveille les soupçons des enquêteurs. Le Carillon, bar mentionné par la prétendue victime, était, certes, bien un des lieux touchés. Mais la description se révélait, cependant, inexacte. En lieu et place de l’ « explosion » évoquée par la fausse victime, c’est une fusillade qui avait eu lieu. Les enquêteurs spécialisés l’entendent, quelques mois plus tard : elle finit alors par avouer le stratagème.

Besoin d’argent et faux diplôme de pharmacienne

L’intéressée admettait, lors de son passage à la barre, avoir fait volontairement toutes ces manoeuvres. Elle n’hésitait pas à produire, à l’appui de sa plainte, de faux certificats médicaux et de fausses photos. De même, elle n’avait pas hésité à formuler sa demande, plusieurs fois, auprès du Fonds de Garantie pour les victimes. Mise devant le fait, elle semble reconnaître ses torts, et indique que des problèmes d’argent motivaient ce stratagème.

La prévenue était aussi, en outre, poursuivie pour exercice illégal de la pharmacie. Elle avait, pour cela, fabriqué un faux diplome de pharmacienne. Procédé qui lui avait permis d’être recrutée comme employée de pharmacie. Pour tous ces délits, le procureur avait requis, à l’encontre de la femme, 2 ans et demi de prison. Au final, la prévenue écope d’un an de prison ferme.

Source image : directmatin.fr

Related posts
ActualitéMode-femmeRégions

Jessica La Corte en lice pour Miss Bretagne 2020

ActualitéMode-hommeRégions

10 prétendants au titre de Mister Bretagne se sont retrouvés à Perros-Guirec

À la uneLa Loi des SériesLa loi des séries s'la raconteSéries Tv

La loi des séries s'la raconte : Neon Genesis Evangelion | La loi des séries #413

À la uneSéries Tv

Mélanie Maudran : "On va revenir à une Claire Estrela plus borderline comme au début de la série"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux