À la uneActualitéHigh TechInternational

Apple contre FBI : match nul ?

Le FBI a pu accéder au contenu de l’iPhone du terroriste de San Bernardino et a renoncé à poursuivre Apple. Ce duel qui se joue depuis plusieurs mois reste néanmoins sans vainqueur.

L’escalade qui opposait Apple au FBI a pris fin ce matin. Après que de mystérieux hackers lui aient proposé leurs services la semaine dernière, le Bureau serait venu à bout de la sécurité de l’iPhone. Pouvant désormais se passer d’Apple pour accéder aux données de l’appareil, les autorités ont abandonné les poursuites.

Pour autant, si Apple peut se féliciter dans son communiqué d’avoir fait prévaloir la sécurité de ses clients sur les injonctions des services de renseignement, personne ne sort réellement gagnant de cet exploit du FBI.

apple-contre-fbi-match-nul-1

Le litige remonte au mois de décembre. Le terroriste islamiste Syed Rizwan Farook, assisté de sa femme Tashfeen Malik, avait ouvert le feu contre ses collègues à San Bernardino (Californie). Le bilan était de 14 morts et 22 blessés. Le FBI avait alors saisi la justice américaine, exigeant d’Apple l’insertion d’une porte dérobée sur l’appareil de Farook dans le but de débusquer ses éventuels collaborateurs.

Les militants du chiffrement se sont immédiatement inquiétés qu’un tel dispositif alimente la surveillance de masse galopante révélée par Edward Snowden en 2013. Comme le souligne la firme à la Pomme, une telle faille aurait instauré un précédent ouvrant potentiellement la voie à une saisie systématique des données d’appareils iOS dans le cadre d’une arrestation.

apple-contre-fbi-match-nul-4Après les révélations des partenariats public-privé dans le programme PRISM, Apple s’est rapidement posé en défenseur de la vie privée. Depuis le lancement d’iOS 8 en septembre 2014, l’iPhone prévoit par défaut le chiffrement de l’intégralité de son contenu. De plus, l’accès à certaines opérations sans saisie du mot de passe entraîne le blocage de l’appareil et la suppression des données. À ce jour la seule entreprise qui propose à ses utilisateurs un appareil de chiffrement radical et accessible, Apple a très vite reçu le soutien de Google, Microsoft et Facebook.

La communauté du renseignement américain n’a pas hésité à accuser Apple de complicité avec les terroristes, dès lors qu’un criminel possédant un iPhone serait en mesure de communiquer avec ses complices sans craindre de voir son téléphone saisi par les autorités. De plus, les fédéraux ont également reproché à Apple de faire du respect de la vie privée un argument marketing dans les semaines qui précédaient la Keynote 2016.

apple-contre-fbi-match-nul-3

Il y a encore quelques semaines, le FBI soutenait mordicus que la collaboration d’Apple était essentielle, l’entreprise étant théoriquement la seule en mesure de décoder l’iPhone. Edward Snowden et l’expert en cybersécurité Bruce Schneier ont très rapidement remis en question cette affirmation, allant jusqu’à la qualifier de “tissu de conneries”. Si les agences de renseignement ne peuvent pas compter sur la collaboration des entreprises, rien ne les empêche techniquement de forcer la sécurité de leurs systèmes. Aucun code n’est infaillible, pour peu que l’on y consacre suffisamment de moyens. Certains analystes (dont Snowden) vont jusqu’à dire que les agences ont menti sur leurs capacités pour faciliter l’accès aux données.

Si l’injonction est levée, l’abandon des poursuites judiciaires ne se traduira pas nécessairement par une victoire du chiffrement sur la raison d’État. Comme l’expliquait l’expert en cybersécurité Christopher Soghoian au FIC 2016, “Il n’y a aucun moyen de concevoir un outil de communication chiffré offrant un accès uniquement aux bonnes personnes.” Le FBI se refuse d’ailleurs toujours à communiquer l’origine de la faille découverte par ses collaborateur, dont on sait qu’ils ne travaillent pas pour les services de renseignement. Si une faille est exploitée et si les engagements d’Apple sont sincères, il ne tient qu’à la firme de colmater la brèche pour assurer l’inviolabilité de ses outils et de ses services. Autrement, ce duel n’aura été qu’un écran de fumée… ou un jeu de dupes.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneSéries Tv

On a vu pour vous... The Head, thriller oppressant en Antarctique

À la uneActualitéSportTennis

Tennis : Novak Djokovic soulève le Masters 1000 de Rome pour la cinquième fois

À la uneAu Fil des Siècles

Panorama historique| AU FIL DES SIÈCLES #50

À la uneActualitéCinémaCultureInternationalPop & GeekSéries Tv

Qui est Zendaya, plus jeune lauréate de l'Emmy Award de la meilleure actrice ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux