Après une mise à pied de deux ans, Ubisoft donne un nouvel épisode à sa série d’action/infiltration fétiche. Assassin’s Creed Origins redore-t-il le blason de la la confrérie ?

Nous sommes témoins depuis dix ans du combat intemporel qui oppose les Assassins à l’Ordre des Templiers, devenu par la suite la multinationale Abstergo. Après nos aventures parisiennes qui avaient laissé un mauvais souvenir avec ses problèmes techniques et Assassin’s Creed Syndicate laissant certains perplexe et déçus à cause d’un scénario peu captivant et du système de combat trop brouillon. Le studio d’origine français compte bien redorer le blason de la saga après deux ans d’absence et un film pour combler le vide. Ce nouveau titre Assassin’s Creed Origins nous plonge en Égypte antique, terre des mythes et mystères.

Assassin’s Creed Origins, le titre parle de lui même, c’est donc un retour gagnant qu’Ubisoft nous promet. On revient donc aux origines des assassins. L’histoire nous emmène en Égypte antique où l’on joue Bayek un Medjay, guerrier d’élite au service du pharaon ayant pour devoir de protéger l’Égypte et de maintenir l’ordre dans la région qui lui est assignée. On assistera à la création des Assassins et au combat qui les opposera à l’ordre des Anciens, ancêtres des Templiers.

Un bac à sable colossal

Assassin's Creed Origins

Ubisoft, spécialiste des mondes ouverts, ne s’est pas moqué des fans. Le terrain explorable est immense et se balader en Égypte Antique ne peut qu’attiser votre curiosité. Pouvoir faire du tourisme à Alexandrie, visiter la célèbre bibliothèque, aller faire un tour du coté des pyramides de Gizeh et pourquoi pas vérifier si le nez du Sphinx est encore à sa place (avant qu’un certain gaulois ne passe)… Origins réveille l’aventurier qui est en chacun de nous. Le studio à su redonner vie à l’Égypte de Cléopâtre, et redonner vie à des lieux mythiques. Le monde créée par le studio français à aussi sa propre vie, la présence d’un cycle jour-nuit est très apprécié, la population et les animaux réagissent en conséquence. La faune est d’ailleurs très diverses (hippopotame, lions, hyènes, alligators, gazelles etc…) et sa répartition se fait en fonction de leur lieu de vie de prédilection
On peut féliciter Ubisoft pour la création de se monde rempli de richesses historique, de vie, qui nous offre une possibilité d’exploration libre et colossale.

Une visite de santé

Le titre nous emmène habilement à visiter les zones et régions avec les nombreuses missions secondaires, qui nous permettent de monter de niveaux et ainsi aller attaquer la quête principale. Si vous teniez à traverser l’intrigue principale en ligne droite, mauvaise nouvelle : il est pour ainsi dire impossible d’avancer sans remplir des objectifs secondaires dans la mesure où ils vous apportent l’expérience nécessaire pour avancer. Ces quêtes permettent néanmoins de découvrir des informations sur la vie de Bayek et sa femme Aya, tout en épaississant l’univers dans lequel le joueur évolue.

Un changement de cap vers le RPG

Assassin’s Creed Origins s’oriente vers le RPG, avec la présence de niveaux, de points de compétences et l’apparition d’un arbre de capacité. Par exemple la célèbre capacité assassinats aériens se Assassin's Creed Originsdébloque une fois le nombre de points de points de compétence acquis, ou la possibilité de d’avoir deux arcs ou deux armes se débloques. Le titre ajoute l’amélioration des armes et parties d’armures avec les ressources récoltés tout du long de l’exploration. L’ajout d’un système d’achat interne est regrettable et pour le joueur n’ayant pas l’habitude du titre les achats donnent l’impression qu’il est essentiel d’investir pour mieux avancer. Le gameplay du jeu peut rappeler Dark Souls avec l’apparition du bouclier et les nombreuses esquives à faire afin d’éviter des coups mortelle, mais la comparaison s’arrête la. Le système de combat est plus poussé, fluide, rapide et agressif ce qui remet à jour un système qui s’épuisait.

Des ennemis plus dégourdis

Les missions d’infiltration, d’assassinats ont eu une monté de niveaux grâce à l’IA qui est moins prévisible. Les ennemis se retrouve à avoir des parcours qui ne sont pas fixes et des comportement plus réactifs et moins bêta comme dans les titres précédents. Ils sont aussi plus attentif leur ouïe et leur vue perçante se révélera être un vrais obstacle, il faudra se montrer donc très discret et analyser l’environnement plus attentivement. Mais en même temps être un assassin n’est ce pas cela?

Assassin's Creed Origins

Qui a dit que le chien est le meilleur ami de l’homme?

Cette fois si la célèbre capacité des Assassins, la vision d’aigle, permettant de localiser les Assassin's Creed Originsennemis ne sera pas de la partie. Elle est remplacer par le plus fidèle des compagnon Senu un aigle de Bonelli, avec lequel on partage notre vision une fois celui-ci appelé. Il donne ainsi la possibilité de voler dans les cieux et parcourir les plaines d’Égypte nous donner la localisation des ennemis, des cibles et des ressources. Cela renforce par la même occasion notre soif d’exploration. Si vous êtes assez attentif des lieux cachés se dévoileront sous vos yeux.

Graphiquement ?

Graphiquement Ubisoft donne un titre beau sans fautes majeurs où impardonnable fidèle aux capacités d’aujourd’hui. Artisitquement parlant Assassin’s Creed Origins est une épatant. Le travail minutieux des équipes d’Ubisoft et des nombreux spécialistes, et historiens qui ont su travailler de concert rendant l’Égypte de Cléopâtre la plus fidèle possible en fonction du scénario du titre. Cela marche autant par le côté graphique que par le comportement de tous les jours des PNJ en fonctions de leur nationalité et rangs sociaux, comme dans Assassin’s Creed Unity et surtout par les différents langages et dialecte entendu au cours de nos promenades. Bien sur quelques défauts sont à noter comme des ralentissements de temps à autres ou quelques PNJ coincé à travers des objets, mais leur présence est rare et ne rappelle en rien les gros problèmes techniques de Unity.

Assassin's Creed Origins

Assassin’s Creed Origins devait réveiller la licence. Finalement Ubisoft a respecté ses promesses et ses deux ans d’absence ont permis un retour plus fulgurant et nous produit un jeu de qualité qui redore le blason de la saga, après les échecs des titres précédent.

Assassin’s Creed Origins est édité par Ubisoft sur PlayStation 4, Xbox One et PC depuis le 27 octobre.