À la uneActualitéFrance

Attentats du 13 novembre : les terroristes n’étaient pas drogués

Selon les analyses, les terroristes du 13 novembre n'étaient pas drogués

Des analyses toxicologiques, révélés ce mardi, ont démontré que les neuf terroristes impliqués dans les attentats de Paris et Saint-Denis n’ont pas consommé de drogues avant de passer à l’acte.

Ils auraient donc agi froidement. Les tests, remis aux juges d’instruction fin décembre, démontrent que les terroristes du 13 novembre n’ont consommé ni stupéfiants ni alcool avant de commettre leurs crimes. C’est une source proche du dossier citée par Le Parisen qui l’a révélé ce mardi.

Toujours selon Le Parisien, seules des traces “infimes” de cannabis ont été décelées dans le sang du kamikaze Brahim Abdeslam qui a actionné sa ceinture explosive devant la terrasse du Comptoir Voltaire. Ces traces peuvent laisser penser à une consommation occasionnelle de cannabis chez Abdeslam mais en aucun cas à une consommation juste avant les attentats.

Des traces d’alcool ont été détectées dans le sang de Sammy Amimour, kamikaze du Bataclan, mais “tellement insignifiantes qu’elles ne permettent pas de conclure à une consommation d’alcool ce jour-là”.

Les experts ont également exclu l’hypothèse selon laquelle les terroristes ont consommé du Captagon avant les faits. Surnommé “la drogue du jihad”, le Captagon se présente sous forme de cachets. Cette drogue, mélange d’amphétamines et de caféine, annihile la douleur, efface la fatigue et augmente les capacités de concentration et d’agressivité.

Des analyses qui contredisent des témoignages de survivants

L’hypothèse des terroristes qui auraient consommé des drogues lors de l’attaque avait fait surface suite à de nombreux témoignages de survivants qui avaient été directement en contact avec eux, spécialement au Bataclan.

Le dernier otage libéré par la BRI lors de l’assaut donné contre la salle de spectacle avait indiqué au journal Le Monde que les tueurs étaient “drogués, mal préparés, hyper tendus”.

Un témoin qui a croisés les terroristes près du Bataclan avant qu’ils n’y provoquent un bain de sang avait fait la même observation au quotidien Le Figaro. “On aurait cru des morts-vivants, comme s’ils étaient drogués”, avait-il noté.

*Photo en Une : slate.fr

Related posts
À la uneActualitéÉtudiantFranceNon classéPolitiqueSociétéSociétéVie Étudiante

Mouvement étudiant contre la précarité : blocus de l'Université Bordeaux-Montaigne

À la uneActualitéBrèvesMédiasSociété

Cash Investigation : Qui profit de nos impôts ?

À la uneActualitéBrèvesMédias

Spin the Wheel : L'adaptation arrive sur TF1

À la uneActualitéBrèves

Nous anti-gaspi, la nouvelle enseigne du 19ème

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux