À la uneActualitéFrancePolitique

Au Front National, la bataille continue…

La Présidente du Front National avait convoqué un bureau exécutif pour juger du sort de Jean-Marie Le Pen, président d’honneur et fondateur du parti d’extrême droite.

Coup de tonnerre et décision spectaculaire au Front National. Le combat continue entre le père et sa fille…

Le lundi 4 mai 2015 au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine), à l’issue du bureau exécutif exceptionnel convoqué par Marine Le Pen, présidente du Front National, Jean-Marie Le Pen a été suspendu temporairement du Front National. Ce même bureau pourra peut-être à l’avenir réintégrer ou radier définitivement Jean-Marie Le Pen.

Le bureau exécutif devait statuer du sort de l’ancien leader du parti, aujourd’hui président d’honneur et eurodéputé, suite à ses nombreux dérapages notamment sur l’existence des chambres à gaz durant la seconde guerre mondiale. Le lundi matin, le bureau politique avait voté une motion précisant que « les commentaires ou prises de position du président d’honneur ne peuvent en aucun cas engager le Front National, sa présidente ou ses instances délibérantes ».

C’est la première fois depuis la fondation du parti politique en 1972 que Jean-Marie Le Pen, arrivé tout de rouge vêtu hier, n’est plus membre du parti qu’il a fondé.

Dans les trois mois à venir, une assemblée générale extraordinaire sera également convoquée pour décider ou non de la suppression de son statut de Président d’honneur du Front National, créé spécialement pour lui en 2011. Cette assemblée générale permettra aux adhérents frontistes de décider de l’avenir de Jean-Marie Le Pen au sein du parti.

Ce mardi matin 5 mai, Jean-Marie Le Pen invite à ne pas voter pour sa fille aux présidentielles de 2017 car selon ses dires « Marine est un peu pire que l’UMPS ». Jean-Marie Le Pen a qualifié cette suspension du parti de « félonie », de « trahison » et il ajoute : « J’ai exprimé le souhait que Marine Le Pen perde mon nom. Elle a la possibilité de le faire en se mariant soit avec son concubin, soit avec quelqu’un d’autre, après tout, pourquoi pas M. Philippot ». En s’exprimant ainsi, l’ancien leader du parti a pu dénoncer les agissements de sa fille et les critiques de l’actuel numéro deux du Front National, Florian Philippot.

Il veut aussi rétablir « la justice et la dignité » au sein du parti et se battra « par tous les moyens » comme il le souligne au micro d’Europe 1. Il espère que les militants du parti vont le soutenir.

Bruno Gollnisch, l’ancien numéro deux du parti battu par Marine Le Pen lors du congrès de janvier 2011 pour la succession à Jean-Marie Le Pen, se dit « extrêmement attristé et stupéfait de la tournure que prennent les événements » même s’il espère « une réconciliation ».

L’affaire Le Pen n’est pas encore terminée…

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
ActualitéBuzzJeux Olympiques Paris 2024

C’est qui Baptiste Moirot, le porteur de la flamme olympique ?

ActualitéEquitationSport

L'équithérapie : guérir grâce aux chevaux

À la uneFranceSport

JO 2024 : comment fonctionne le système “anti-drones” ?

ActualitéFaits Divers

Disparition d’OJ Simpson : c’est quoi cette affaire de meurtre pour laquelle il fut condamné ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux