À la uneActualitéFrancePolitique

Benoît Hamon se retire de la vie politique pour rejoindre une ONG

Dans un entretien au Monde, l’ancien candidat socialiste à la présidentielle, Benoit Hamon, a annoncé la fin de son activité politique pour devenir le directeur d’une ONG qui vise à améliorer les conditions d’accueil des migrants dans différents pays.

Benoît Hamon se retire de la vie politique

Alors qu’il a été élu conseiller régional d’Ile de France en juin dernier sur la liste de la gauche et des écologistes de Julien Bayou, Benoit Hamon a annoncé au Monde qu’il se retirait entièrement de la vie politique.

Pour rappel, Benoit Hamon s’était présenté aux élections présidentielles de 2017 puis après son échec, avait fondé le parti Génération.S. Quant à son rôle en tant que conseiller régional, la question de sa démission demeure encore flou. Mais Benoît Hamon n’a pas encore tranché. « Je dois en discuter avec mon groupe », se contente-t-il de répondre au Monde. Il assure cependant qu’il ne soutient aucun candidat pour la primaire écologiste et ne jouera aucun rôle dans les élections présidentielles.

De la politique à Singa

Depuis 2017, il s’était déjà lancé « dans une transition hybride entre un engagement partisan et une vie personnelle, un métier, qui m’éloignaient de plus en plus de la politique », souligne-t-il. Il sera désormais à la tête d’une ONG, nommée Singa, destinée à travailler sur l’accueil des réfugiés dans huit pays en Amérique du Nord et en Europe.

C’est dans une vidéo Twitter que ce dernier explique les motivations de ce revirement et les valeurs de cette ONG, qui crée des opportunités et de collaborations entre les migrants et leur société d’accueil, pour mieux vivre ensemble.

Une inefficacité politique ? 

Ce retirement, Benoit Hamon, l’exprime à travers une transition progressive, lucide et surtout motivée vers une mobilisation citoyenne sûrement plus efficace. Ce dernier affirme que « renoncer à la politique, ce n’est pas renoncer à l’action ».

«Je ne dénigre pas la politique, j’encourage les gens à s’engager. Mais si on prend le féminisme, le mouvement #metoo a eu beaucoup plus d’impact sur le comportement des hommes et les lois que vingt ans d’action institutionnelle classique. Sur le climat, la mobilisation citoyenne a eu beaucoup plus d’impact sur l’appui des rapports du GIEC [Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat] que la totalité des ministres de l’écologie réunis», analyse l’ancien candidat.

Benoit Hamon souligne le creux politique que semble traverser notre société qui l’a conduit à ce revirement. « Cette génération abandonne le jeu politicien quand la politique ne peut plus rien », justifie-t-il en dénonçant une action politique qui « s’automutile, s’invente un cercle de la raison qui justifie que l’on ne fasse rien ». « Cela conduit à envisager l’action pas simplement à travers l’exercice du pouvoir, à travers les institutions, mais par la mobilisation citoyenne, la création d’activités, l’innovation ».

C’est finalement pour un meilleur impact que l’ancien candidat se tourne vers un autre chemin qui poursuit malgré tout ce travail collectif de la gauche, contre les représentations négatives pour un meilleur accueil de ces populations mises sur le chemin de l’exil.

About author

Journaliste
Related posts
À la uneActualitéPolitique

5 éléments pour comprendre ... la crise des sous-marins

À la uneSéries Tv

Lancement du tournage de La Flamme saison 2

À la uneCinéma

Halloween Kills : une dernière bande annonce efficace

À la uneActualitéCinémaInsolite

Un Français regarde Kaamelott 203 fois et bat le record du monde de visionnage d'un film

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux