À la uneActualitéFrance

Bernard Tapie ou l’homme qui retombe toujours sur ses pattes

L’enfant terrible des scandales politico-financiers refait parler de lui. Entre remboursement à l’Urssaf, les agendas de l’ex chef de l’Etat dans le cadre de l’Affaire Bettencourt et son nouveau talk-show spécial Municipales marseillaises, le personnage fascine toujours autant.

Les dettes fantômes du passé

Au temps où il était aux manettes de l’OM, Mr Tapie s’est alors  porté caution solidaire. Mais lors de sa liquidation personnelle, le couple Tapie a laissé une facture d’impayés à l’Urssaf. Le tribunal de commerce marseillais a condamné Bernard Tapie à verser seulement 1,2 millions d’euros sur les 3,8 millions réclamés par l’organisme, qui a priori satisfait du jugement ne fera pas appel. C’est presque qu’une goutte d’eau pour Mr Tapie qui a touché en 2008 la somme de 403 millions d’euros par le CDR, Consortium de réalisation.

L’homme qui adorait être sous les feux des projecteurs

Omniprésent l’an dernier dans les médias, c’est bien connu Bernard Tapie tient en haleine les Français depuis plus de 30 ans avec un véritable feuilleton digne d’un soap-opéra.

On se souvient de son passage au JT de France 2 avec David Pujadas, où l’homme avait montré ses talents de grand orateur et de communicant. La relation fusionnelle qu’il entretient avec les médias classiques qui sont bons publics, l’a sûrement inspiré pour devenir le présentateur de son propre talk-show sur le site de La Provence-tv.

Il a acquit le journal en injectant 6 millions d’euros, Tapie profite des municipales pour interroger les candidats marseillais.

« Dans mon affaire, je m’en fous des agendas de Nicolas Sarkozy »

C’est ce qu’affirmait hier Bernard Tapie sur le plateau d’Europe 1. Et pourtant, une question se pose. La saisie des agendas de Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire Bettencourt alimenteront-ils de nouveau les soupçons de favoritisme lors de l’arbitrage de Mr Tapie ? Ces 403 millions obtenus par Bernard Tapie font l’objet d’une enquête. Nicolas Sarkozy ou du moins l’exécutif de l’époque, est soupçonné d’avoir joué en faveur de l’ex patron d’Adidas dans le cadre du litige entre ce dernier et le Crédit Lyonnais.

Loin de se mettre au vert, c’est sans mauvais jeu de mots que l’on peut constater que Tapie n’est toujours pas prêt à se coucher.

Hermance Fotchine

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneEnvironnementFrance

Écologie : c’est quoi le « Green Gap » ? 

À la uneReportages

« Marseille : confronté au trafic », un reportage éclairant sur le fléau de la drogue

À la uneMédias

"Fifty States" : un excellent podcast pour découvrir les 50 états américains

ActualitéCinéma

10 westerns iconiques de l’histoire du cinéma

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux