À la uneActualitéInternational

Nouveaux éléments dans l’affaire Bill Cosby: les victimes témoignent

C’était la une du New York Times cette semaine. 35 femmes photographiées assises les mains sur les genoux et en noir et blanc: les victimes de l’acteur américain Bill Cosby. Accusé de viol, il avait réfuté les accusations, mais ces témoignages risquent bien de l’envoyer en prison. 

Crédit photo: theblaze.com

Crédit photo: theblaze.com

Plus de 30 femmes l’accusent

Elles parlent de drogues, de rapports forcés avec la star et ont toutes une histoire à peu près similaire. D’une trentaine d’années à quatre-vingt ans, c’est toute une génération de femmes que Bill Cosby a agressée entre les années 60 et 2000. Elles ont en général rencontré la star car elles voulaient être actrices ou travailler dans le milieu dans lequel il évoluait … Les scénarios se ressemblent, un dîner durant lequel l’acteur américain réussit à les faire avaler une pilule qu’il leur donnait. Puis il profitait de leur inconscience.

Crédit photo: nymag.com

Crédit photo: nymag.com

Sa drogue ? Quaalud. Une drogue originaire d’Inde très populaire dans les années 80, c’est celle de Di Caprio dans Le Loup de Wall Street. Moitié somnifère, moitié sédatif, elle est assez puissante. Mais mélangée avec de l’alcool elle offre à son consommateur un état euphorique. Bill Cosby a reconnu en faire l’usage en 2005 pour pouvoir profiter de jeunes filles qu’il rencontrait.

Un homme manifeste pour l'arrestation de Bill Cosby en Janvier 2015.  Crédit photo: nydailynews.com

Un homme manifeste pour l’arrestation de Bill Cosby en Janvier 2015.
Crédit photo: nydailynews.com

Ignorées

Ces femmes témoignent pour New York Magazine de manière honnête et totale. Après s’être tues pendant parfois cinquante ans, elles dépeignent la vérité, ignorée pendant si longtemps. Ce qui se ressent le plus c’est la peur et l’impuissance face à la popularité dont jouissait l’acteur du Cosby show: “J’aurais pu marcher dans n’importe quelle rue de Manhattan, et dire n’importe où, “j’ai été violée et droguée par Bill Cosby”, mais qui au monde m’aurait cru? Absolument personne », a notamment déclaré une des victimes: Barbara Bowman. Obama s’est exprimé en conférence de presse en faveur des victimes: “Si vous donnez à une femme, ou à un homme d’ailleurs, une drogue sans qu’il ou elle en ait connaissance, puis que vous avez une relation sexuelle avec cette personne sans son consentement, c’est un viol » . Une réponse à Cosby qui affirme encore que ses victimes étaient consentantes.

Related posts
À la uneArtCultureFranceSociétéSorties

Les spots les plus instagrammables de Paris

À la uneActualitéSexe

Le site pornographique Luscious laisse fuiter les données de ses membres

À la uneActualitéFaits DiversFranceSpectacles

Bordeaux : un poney euthanasié après une chute lors d'un spectacle

À la uneActualitéFranceInternationalPolitique

G7 : Le dispositif sécuritaire de Christophe Castaner attendu au tournant

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux