À la uneActualitéEconomieFrance

Bolloré et la censure : l’histoire continue

Un simple coup de fil et tout disparaît… Il n’aura fallu qu’un appel de Vincent Bolloré pour que le documentaire portant sur la banque française Crédit Mutuel, qui devait être diffusé sur Canal +, soit supprimé. Une fois de plus, le patron du groupe Vivendi, la maison-mère de Canal +, n’a pas fait les choses dans la dentelle, mais a préféré satisfaire le patron de Crédit Mutuel, un bon ami, quitte à bafouer le devoir d’information.

Un projet validé par tous, sauf par Bolloré

Le site d’information Mediapart, qui a également participé à l’enquête sur le Crédit Mutuel et la fraude fiscale, a révélé les raisons de cette censure. Le documentaire devait être diffusé par l’émission « Spéciale Investigation » produit par la société KM Production et avait été validé par la direction des programmes et le service juridique de la chaîne. Il mettait en cause les activités du Crédit Mutuel : dans la foulée des banques UBS et HSBC, accusées d’avoir organisé un vaste système occulte d’évasion fiscale par l’intermédiaire de ses filiales suisse et monégasque, la banque Crédit Mutuel est à son tour dans le collimateur de la justice financière. Les journalistes avaient pu se procurer des documents inédits sur le scandale, leur permettant de finaliser le film Evasion fiscale, une affaire française qui devait être diffusé le 18 mai.

Michel Lucas, patron de Crédit Mutuel et proche de Vincent Bolloré

Mais le coup de téléphone de Vincent Bolloré a signé son arrêt de mort. Pourquoi ? La raison est simple : le Crédit Mutuel est l’un des principaux partenaires financiers des activités du groupe Bolloré. En outre, Michel Lucas, le patron de la banque française, est un ami intime de l’actionnaire-milliardaire et entre copains, ils se doivent bien cela… Preuve de cette proximité entre les deux hommes : Michel Lucas était le lauréat du 50e prix de Bretagne, financé par Vincent Bolloré et organisé à la tour Bolloré. Ils étaient également membres de la même assemblée confidentielle de grands patrons bretons, le Club des Trente.

Michel Lucas, patron du Crédit Mutuel

Michel Lucas, patron du Crédit Mutuel

Quel futur pour Canal + ?

Cette révélation intervient peu de temps après la polémique qu’avait créée Bolloré en voulant supprimer l’émission culte des « Guignols », jugeant les petites marionnettes impertinentes. La tempête s’était légèrement atténuée après l’annonce du maintien de l’émission, mais la nature intransigeante de l’actionnaire avait été bel et bien dévoilée. L’aspect autoritaire du patron de Vivendi se fait à nouveau sentir dans cette affaire et ne présage rien de bon en matière de liberté pour la politique d’information de Canal +. Un coup dur pour la chaîne cryptée qui faisait de son indépendance éditoriale, sa marque de fabrique. « En quinze ans, je n’avais encore jamais vécu une censure aussi franche et brutale » raconte Jean-Pierre Canet, rédacteur en chef et producteur du documentaire, avant d’ajouter : « Aucune concertation ni aucune négociation n’a été possible avec la direction ou l’actionnaire principal de Canal + ».

Mais, les responsables de KM Production n’ont pas dit leur dernier mot et Vincent Bolloré va être pris dans son propre piège : France 3 a accepté de diffuser l’enquête dans son émission « Pièces à conviction ». Le film sera donc non seulement projeté, mais il sera aussi à un plus grand nombre de téléspectateurs, la chaîne appartenant au service public.

Clarisse Duppré

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneCultureSpectacles

« La situation ne me pousse pas à arrêter le théâtre, bien au contraire », entretien avec Daniel Pierson

À la uneBrèvesPop & GeekSéries Tv

Assassin's Creed : des séries en développement pour Netflix

À la uneInternational

5 éléments pour comprendre... le fonctionnement de la Cour Suprême des Etats-Unis

À la uneSéries Tv

La Flamme : mais d'où vient la "Jean Guile" ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux