ActualitéFootSport

Brésil 2014 : Que vaut cette Espagne, championne en titre ?

Espagne

L’Espagne tentera de conserver son titre acquis en Afrique du Sud et d’entrer encore un peu plus dans l’histoire en gagnant quatre compétitions internationales majeures à la suite. Passons la sélection du pays de Cervantes aux rayons X.

Les forces de l’Espagne en présence

Le Groupe :

Gardiens : Iker Casillas, Pepe Reina, David De Gea
Défenseurs : César Azpilicueta, Gerard Piqué, Sergio Ramos, Jordi Alba, Raul Albiol, Juanfran
Milieux : Sergio Busquets, Xabi Alonso, Koke, Xavi, Javi Martinez (Bayern/ALL), Pedro, David Silva, Cesc Fabregas, Juan Mata, Santi Cazorla, Andres Iniesta
Attaquants : Diego Costa, David Villa, Fernando Torres
La compo probable : Casillas – Jordi Alba, Piqué, Ramos, Azpilicueta – Busquets, Alonso, Xavi – Iniesta, Fabregas/Costa, Silva/Pedro.

A noter que sept nouveaux joueurs débuteront en Coupe du Monde cette année, à savoir David De Gea, César Azpilicueta, Juanfran, Jordi Alba, Santi Cazorla, Koke et Diego Costa.

Les points forts

Un effectif fourni qui se renouvelle peu à peu. Outre un onze de gala plus qu’impressionnant, le banc de touchede l’ Espagne fait peur. On y retrouve des joueurs comme Javi Martinez, Juan Mata, Cazorla ou Isco, qui seraient titulaires indiscutables dans n’importe quelle autre sélection. L’Espagne dispose d’un vivier de joueurs tellement important que Del Bosque a pu se passer de joueurs comme Carvajal, Gabi, Llorente ou Negredo. L’entrée progressive de nouveaux joueurs dans le onze ou dans la rotation ne diminue à aucun moment la qualité de l’équipe.

Un groupe solide qui se connaît depuis longtemps. Vicente Del Bosque conserve la même ossature depuis plusieurs années. Les joueurs se connaissent sur le bout des doigts et savent exactement comment se trouver sur la pelouse, à tel point que le technicien espagnol ne réalise quasiment plus aucun travail tactique pendant les stages et les entrainements de l’équipe nationale.

Une défense fiable. Les chiffres ne mentent pas ; la Roja encaisse peu. Le jeu de possession à outrance déployé par les espagnols réduit forcément les offensives des équipes adverses, mais les joueurs qui composent le quatuor défensif espagnol, quels qu’ils soient, livrent toujours de bonnes performances. Même lorsqu’ils connaissent des saisons compliquées avec leur club respectif, ils se transcendent toujours une fois en sélection.

Les points faibles

Certains cadres vieillissants, à l’image de Xabi Alonso ou Xavi. Tous deux pourraient être titulaires mais ne sont plus au top physiquement. Le milieu de terrain étant la salle de machines de l’équipe espagnole, ce manque de fraîcheur à la récupération et à la distribution pourrait coûter cher. Il ne serait pas étonnant que lors de certains matchs Vicente Del Bosque s’appuie sur des joueurs plus frais comme Koke ou Cazorla.

Une saison chargée pour beaucoup de joueurs. Certains joueurs ont connu une saison intense. On pense particulièrement aux joueurs de l’Atlético et du Real Madrid, qui ont fini leur saison fin mai avec la finale de Ligue des Champions et n’ont eu que deux petites semaines pour se reposer et se ressourcer.

Incertitude en pointe de l’attaque. Le doute persiste quant à la position du « 9 ». Del Bosque choisira-t-il d’aligner Fabregas en pointe en position de « faux 9 » ou jouera-t-il avec un « vrai 9 », comme le sont Villa, Torres ou Diego Costa ? L’hispano-brésilien n’a pas encore de passé commun suffisant avec ses coéquipiers et son intégration au système espagnol n’est donc pas garantie. David Villa et Fernando Torres, toujours excellents en équipe nationale, ne correspondent pas au profil « plan B » dont pourrait avoir besoin Del Bosque en cas de défense adverse regroupée dans sa surface. Llorenteoutai diront certains.

Le joueur à suivre

Sergio Ramos

Sergio Ramos. C’est sa Coupe du Monde. Le défenseur andalou arrive dans une forme pléthorique et son comportement de leader sur le terrain et en dehors dénotent de sa volonté de mener l’équipe espagnole vers sa deuxième étoile.

Les chances de gagner

Les troupes de Del Bosque font partie du « triptyque de la victoire » des bookmakers et observateurs, aux côtés du Brésil ou de l’Allemagne. Difficile de départager ces trois nations, même si les ibériques et les Brésiliens semblent avoir une longueur d’avance sur les germaniques.

About author

Informer, décrypter, divertir
Related posts
À la uneActualitéFrancePolitique

Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse, une véritable menace pour Macron ?

Sport

Le blackjack : tout ce qu'il faut savoir

À la uneActualitéArtCultureInternationalMusique

LP : Même dans l’intimité, on m’appelle LP!

À la uneSport

[INTERVIEW] Jeff Hardy, le guerrier aux cheveux arc-en-ciel bientôt Willow the Wisp chez WWE ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux