À la uneActualitéHigh Tech

Brève Tech : Les avancées du projet Ara

Le nom “Ara” ne vous dit peut-être rien mais il semble bien parti pour révolutionner le monde des smartphones dans les années qui viennent. Si vous ne connaissez pas ce projet, il est assez simple de s’en faire une idée : il s’agit d’un téléphone modulaire où chaque module serait indépendant l’un de l’autre effectuant chacun une tache bien particulière : un module pour la batterie, un pour le processeur, un pour l’écran, un pour la caméra et ainsi de suite… Si l’idée, ainsi que sa genèse vous intéresse, vous pouvez aller voir cet article.

Voilà une image pour résumer cette idée aussi simple que géniale:

Alors elle est pas belle la bête ?

Le projet, porté par le géant Google, a atteint un nouveau stade hier (le 9/04/13) puisque une documentation (nommée MDK) de ce projet pour les potentiels constructeurs de modules électroniques est depuis ce jour disponible en téléchargement et nous livre plein de détails techniques relativement intéressants.Vous pouvez aller consulter cette brochure technique ici (en anglais, et seulement pour les initiés!).

Pour ceux qui n’auraient pas ce courage, voilà quelques éléments intéressants à noter : le téléphone modulaire (on ne connait pas le nom de celui-ci, Ara n’est que le nom du projet) sera disponible en trois formes : large (format phablette), medium (format 4 ou 5”) et mini (format téléphone bar des années 2004-2006 comme mon ancien Sony Ericson K530i) ; le format phablette est affublé de la mention TBD (“To Be Done”), ce qui signifie qu’une grosse partie du travail reste à faire.

On peut noter un autre détail intéressant : Google a spécifié que si les constructeurs pourront s’amuser à loisir à créer des modules de toutes sortes, ils ne seront pas libres sur leurs dimensions (ça paraît normal puisque si tous le monde fait les dimensions qui lui plaît, plus rien ne rentre dans le téléphone), mais, plus étonnant, Google interdit de développer un “squelette tiers”, c’est à dire que la plaque de base du téléphone, celle sur laquelle viennent s’enclipser tous les modules, ne pourra être fabriqué que par Google ou par le fabricant que Google aura choisi. Pour justifier cette démarche, Google invoque des raisons de fragmentation (c’est à dire, qu’avec le temps, les vieilles plaques ne pourront plus supporter les modules les plus récents ou, pire que chaque constructeur crée sa plaque qui ne soit compatible qu’avec ses modules, ce qui ruinerait tout simplement le concept même de ce téléphone modulaire) mais, bien que cette raison soit légitime, on se doute bien que Google veut garder la mainmise sur cette révolution qui s’annonce…

En conclusion, on ne peut que se réjouir de ce pas technique de Google puisque celui-ci nous rapproche d’un smartphone diamétralement opposé à ce que nous connaissons actuellement et infiniment meilleur ; voici pourquoi :

– Votre batterie est morte mais la réparer coûte aussi cher qu’acheter un nouveau téléphone ?
La réponse Ara : Avec un téléphone modulaire, on la déclipse la batterie et on la change c’est tout, pas la peine de passer son iPhone à la scie sauteuse.

– Je veux pas de caméra sur mon téléphone (je suis moche de toute façon), mais par contre j’ai besoin d’une ENOOOOORME batterie pour pouvoir jouer à Flappy Bird toute la journée.
La réponse Ara : Avec un téléphone modulaire, vous pouvez choisir ce que vous mettez dans votre téléphone, pour plus de confort, nous conseillons un processeur, un écran et une batterie!

– J’aime les écran Apple, les caméras frontales LG, les caméras arrières Sony et les micros Samsung, comment je fais, j’achète 4 téléphones ??
La réponse Ara : Non, un seul squelette et tous les modules dont vous avez besoin, avec Ara il est possible de coupler le meilleur de la technologie dans un même téléphone !

Ca fait rêver non ? Un téléphone moins cher (à cause de la concurrence sur chaque module), potentiellement meilleur (association des points forts de chaque constructeur modulaire), et plus écologique (on ne change que ce qui ne marche plus). Eh oui, comme y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, je trouve que ce projet a l’air bien plus faisable avec le soutien technique de Google et je dois reconnaître que les craintes que j’avais lors de la rédaction du premier article sur cette idée ont été rassurées par les documents techniques que le géant de Mountain View vient de fournir.

Related posts
À la uneFranceLittératureRugby

La BD "les rugbymen" joue les prolongations pour un 18e tome

À la uneActualitéFrancePolitique

Féminicides : la Loi Pradié soutenue par l'assemblée (Interview)

À la uneActualitéInsolite

Des milliers de poissons pénis échoués en Californie !

ActualitéFranceMusique

David Shaw and The Beat : "Qui m'aime, me suive !"

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux