ActualitéBrèvesInternational

Canada : démission d’un juge fédéral après des propos choquants sur le viol

juge

Le juge canadien Robin Camp a demandé à la victime présumée de viol pourquoi elle n’a pas « simplement gardé les genoux serrés » pendant le procès qu’il présidait en 2014.

« La souffrance et le sexe vont parfois ensemble. »

Le juge fédéral a annoncé sa démission jeudi après la controverse qui a suivi les propos choquants qu’il a déclarés lors de l’audience d’une victime de 19 ans. La jeune fille avait affirmé qu’elle avait été violée sur le lavabo d’une salle de bain lors d’une fête à Calgary. « Pourquoi n’avez-vous pas simplement serré les genoux ? » lui avait alors demandé le juge Camp.

Le juge avait également fait la remarque à la victime présumée que « la souffrance et le sexe vont parfois ensemble. » Robin Camp avait appelé la plaignante « l’accusée » à plusieurs reprises. Il a préféré démissionner après que le Conseil canadien de la magistrature (CCM) ait demandé à la ministre de la Justice de le radier.

Excuses publiques

Dans sa demande de révocation le CCM a considéré que la conduite du juge portait atteinte aux  « notions d’impartialité, d’intégrité et d’indépendance de la justice. » Selon le Conseil, un juge doit faire preuve « d’humilité, de tolérance et de respect envers les autres. »

Robin Camp s’est excusé publiquement. « Je voudrais exprimer mes sincères excuses à tous ceux qui ont été blessés par mes commentaires, » a écrit le juge dans un communiqué distribué par son avocat, selon Canoe.

A lire aussi >> Un père viole sa fille lesbienne pour lui prouver que « le sexe est mieux avec les hommes »

Related posts
ActualitéFootSport

Milan AC et l’Inter Milan : une rivalité historique 

À la uneFaits DiversInternational

Traque de Mohamed Amra : c’est quoi la “notice rouge” émise par Interpol ?

ActualitéEquitationSport

Comment faire du cheval pendant ses vacances ?

ActualitéFranceHistoire

Comment la Nouvelle-Calédonie est devenue française ?

Retrouvez VL. sur les réseaux sociaux